De serpent de mer à réalité, il n'y aurait plus qu'un (petit) pas. Coronavirus oblige, le passage de flambeau entre Elizabeth II, 68 ans de règne au compteur, et son fils Charles pourrait bien s'accélérer pour de bon. La presse britannique en est convaincue : les signes s'accumulent et ne trompent pas.

Le dernier en date ? La vente de "Home Farm", cette exploitation agricole certifiée bio pourtant si chère à l'époux de Camilla Parker Bowles depuis 1986. Pendant plus de trois décennies, Charles s'est consacré corps et âme à ce petit coin de paradis lové dans le verdoyant Gloucestershire. Le voir s'en séparer ainsi ne fait qu'alimenter la rumeur persistante d'un accès prochain au trône. 

De son côté, Elizabeth II a dû se contraindre à une retraite forcée depuis l'explosion de la pandémie de Covid-19. Actuellement à Balmoral, son château d'été, la Reine ne compte pas rallier Buckingham Palace pour des raisons de sécurité - la sienne et celle de Philip, 99 ans - et resterait ensuite à Windsor jusqu'à nouvel ordre. Une manière de préparer l'accession de son fils aîné en douceur ? Fort probable. Selon le Daily Express, une période de régence dès son 95e anniversaire, le 21 avril prochain, est à prévoir. Charles, lui, se tient prêt.