L’année 2021 commence en fanfare pour le Gotha avec l’annonce des fiançailles officielles du grand-duc George de Russie et de Victoria Romanovana Bettarini (nom de la fiancée depuis sa conversion à la foi orthodoxe). La mère du grand-duc, la grande-duchesse Maria de Russie, chef de la famille impériale, a donné son consentement.

Un petit peu de généalogie pour situer le futur marié. Il est l’arrière-petit-fils du grand-duc Kirill, neveu du tsar Alexandre III dont le fils le tsar Nicolas II fut massacré avec sa famille en 1918. Une autre branche de la famille Romanov revendique aussi la continuité dynastique mais la grande-duchesse Maria (1953) est quant à elle reconnue par les Cours royales européennes. En 1993 lors des funérailles du roi Baudouin, elle est assise derrière les membres de la famille royale belge parmi les proches lors de la messe à Saints Michel et Gudule. En 1976, la grande-duchesse s’est mariée à Madrid avec le prince Wilhelm de Prusse. George, né en 1981 à Madrid, est leur fils unique.

Polyglotte, le grand-duc diplômé d’Oxford, a travaillé plusieurs années auprès de la Commission européenne. Il a foulé pour la première fois le sol russe en 1992. Il a longtemps vécu à Bruxelles avant de s’établir à Moscou en 2017. Il est à la tête d’une fondation qui soutient des projets éducatifs et sociaux ainsi que d’une banque alimentaire.

Sa future épouse Rebecca Bettarini est née en 1982. Son père est un diplomate italien. La jeune femme a donc grandi au gré des affectations de poste de son père : Paris, Venise, Bagdad en Irak jusqu’à l’invasion du Koweit et la première guerre du Golfe, Caracas au Venezuela et Bruxelles où elle intègre l’École européenne. Diplômée en sciences politiques, études européennes et droit européen, elle a ensuite travaillé dans le secteur des lobbies auprès des institutions européennes et de projets aéronautiques.

En 2009, le grand-duc lui demande de mettre ses compétences au service de sa fondation caritative. C’est ainsi qu’une amitié commence avant de déboucher sur une relation amoureuse. Maîtrisant déjà le français, l’italien, l’espagnol, le portugais et l’anglais, Rebecca apprend avec aisance le russe. Depuis 2019, elle s’est installée à Moscou et travaille pour la Fondation impériale. Elle a aussi à son actif un roman qui a connu un beau succès "Beauty Queen. An International Thriller" et qui sera traduit cette année en anglais.

Elle commence alors son cheminement spirituel en vue de sa conversation à la religion orthodoxe, ce qui fut fait cet été 2020. Rebecca devient alors Victoria Romanovna. À noter qu’après son mariage, la jeune femme deviendra princesse avec prédicat d’Altesse Sérénissime et non pas grande-duchesse avec prédicat d’Altesse impériale.

Le mariage est annoncé pour l’automne 2021 sans autres détails pour le moment.