La nouvelle Miss France, une jeune franco-béninoise couronnée dans la nuit de samedi à dimanche, s'est déclarée "très fière de représenter une France cosmopolite", après sa victoire. Flora Coquerel, franco-béninoise âgée de 19 ans, est devenue samedi soir la nouvelle Miss France à l'issue d'une compétition arbitrée par les téléspectateurs et un jury, où se sont affrontées 33 prétendantes.

A l'issue de cette compétition, la jeune fille, Miss Orléanais, a accédé au titre de Miss France 2014, devançant Miss Tahiti, 1ère dauphine, puis Miss Provence, Miss Côte d'Azur et Miss Guadeloupe, respectivement 2e, 3e, et 4e dauphines.

Lors de sa première conférence de presse en tant que Miss France, elle s'est dite "très fière de représenter une France cosmopolite". Cette brune de 1,82 mètre, étudiante en 2e année de BTS commerce international, voudrait travailler dans le marketing de luxe.

Parmi les causes qui lui tiennent à coeur, elle cite notamment "l'alphabétisation" et "l'insertion des femmes dans le monde du travail". Elle succède à la Bourguignonne Marine Lorphelin, Miss France 2013 et première dauphine de Miss Monde. "Je vais lui conseiller d'en profiter dès le début", a préconisé devant la presse Miss France 2013.

33 jeunes femmes de 18 à 24 ans, mesurant entre 1,70 et 1,82 mètre, se sont affrontées sur la scène du Zénith de Dijon (centre), devant lequel s'étaient formées, avant le début de la compétition, des files d'attente où petites et jeunes filles avaient revêtu leurs plus belles robes pour assister à cette émission à grand spectacle sur le thème de "l'univers féérique des contes et des princesses".

Sylvie Tellier, directrice de la société Miss France, a souligné que la jeune femme, "pétillante", faisait partie "des favorites" et qu'elle était arrivée en tête des votes avec 27,81% des voix mais que "quatre jeunes femmes étaient dans un mouchoir de poche" dans les votes des téléspectateurs.

Sur les 33 miss régionales, 21 avaient déjà été éliminées dans le plus grand secret par le comité de sélection, composé de représentants de TF1, de la ville de Dijon et des "partenaires beauté" de l'élection (stylistes, coiffeurs, maquilleurs). Après une semaine au Sri Lanka, les 33 candidates avaient entamé une opération séduction dès leur arrivée le 23 novembre à Dijon, où elles ont multiplié les apparitions publiques dans la ville, ainsi que les répétitions pour le spectacle de samedi soir présenté par Jean-Pierre Foucault.

La "polémique" Jean-Pierre Foucault

Après la démission d'Alain Delon, auparavant président à vie du jury, qui n'avait pas apprécié de se faire recadrer après ses propos favorables au parti d'extrême droite Front national, la société Miss France avait décidé de revenir à une présidence annuelle.

Les jurés étaient les chanteuses Sylvie Vartan et Elodie Frégé, l'humoriste Titoff, le présentateur du journal télévisé de 13 heures de TF1 Jean-Pierre Pernaut, sa femme l'ex-Miss France Nathalie Marquay et le ténor Vincent Niclo. Après une semaine au Sri Lanka, les 33 candidates avaient entamé une opération séduction dès leur arrivée le 23 novembre à Dijon, où elles ont multiplié les apparitions publiques dans la ville, ainsi que les répétitions pour le spectacle de samedi soir présenté par Jean-Pierre Foucault.

C'est d'ailleurs du présentateur vedette de TF1 qu'est venue cette année la polémique. Invité sur Canal+, il a déclaré : "Si j'étais désagréable, je dirais que je ne dors pas à Dijon, car quand on dort à Dijon, on se réveille à Dijon !". Suscitant de nombreuses critiques localement, Jean-Pierre Foucault a dû présenter de plates excuses.

Lors de la cérémonie, le maire (PS) de Dijon François Rebsamen a fait allusion à la polémique en soulignant que "pendant 15 jours", les Miss avaient "illuminé Dijon où elles ont dormi et où elles se sont réveillées". Autre écueil cette année qu'a dû éviter le concours de beauté: Norma Julia, Miss Roussillon 2013 déchue pour photos dénudées, demande sa réintégration et tente d'obtenir en justice le report de l'élection Miss France.

L'élection de Miss France 2014 aurait pourtant dû se dérouler dans un climat apaisé. Endemol, propriétaire de la société Miss France, et Geneviève de Fontenay, 81 ans, ex-présidente du comité Miss France, avaient récemment mis fin aux procédures judiciaires qui les opposaient. Le concours de Mme de Fontenay, Miss Prestige national, se déroulera le 12 janvier. L'an dernier, le concours de beauté Miss France figurait parmi les meilleurs audiences de l'année pour TF1 avec 9,6 millions de téléspectateurs.