Hasard ou prémonition? En 2011, le film Contagion sortait au cinéma dans le monde entier. Le pitch du film est relativement simple: un virus se propage dans le monde entier très rapidement via des surfaces touchées par les patients malades. Au centre du projet, Kate Winslet, y incarne une épidémiologiste renommée qui tentait de combattre la maladie.

Un rôle qui, visiblement, l'a fortement aidée pour appréhender la pandémie qui frappe le monde aujourd'hui comme elle l'expliquait au Hollywood Reporter. “Les gens pensaient que j'étais folle parce que je me promenais avec un masque depuis des semaines, j’essuyais tout avec de l’alcool isopropylique quand j’allais au magasin et je portais des gants" en évoquant les premiers pas de la pandémie dans le monde. “Puis, tout d’un coup, le 13 mars est arrivé et les gens se sont dit: ‘Où est-ce que je peux trouver un de ces masques?’".

Touchée par la maladie

Plusieurs de ses connaissances ont aussi été touchées par la maladie. Toujours pour l'Hollywood Reporter, l'actrice révélée dans Titanic en parle ouvertement et souhaite avertir qu'il ne s'agit pas d'une simple grippe. “L’un d’entre eux était à Los Angeles et a eu la chance de participer à un essai médical utilisant du plasma et s’est vraiment, vraiment bien remis en l’espace de 72 heures après le traitement”, a-t-elle déclaré. Le second, un coach linguistique habitant à Londres, a quant à lui été hospitalisé pendant onze semaines. “Il a subi des tests pulmonaires, sanguins, de pression sanguine, et ses résultats sont bons, mais il ne va pas mieux - il est essoufflé, léthargique et se sent toujours très mal”.

Une prévention très importante

En mars, l'actrice de 44 ans avait sorti une vidéo en compagne de Matt Damon, Jennifer Ehle et Laurence Fishburn, autres acteurs centraux dans Contagion. “Dans le film Contagion, je jouais une épidémiologiste qui essayait d’arrêter la propagation d’un hypothétique virus” commençait-elle. “Pour me préparer à ce rôle, j’ai passé du temps avec certains des meilleurs professionnels de la santé publique au monde. Et quelle est l’une des choses les plus importantes qu’ils m’ont apprises? Lavez vos mains comme si votre vie en dépendait, parce qu’en ce moment, ça pourrait bien être le cas”.

“Alors si vous vous sentez dépassé, un peu impuissant en ce moment, voici quelque chose que nous pouvons tous faire pour faire la différence. Et cela ne nécessite pas un diplôme de médecine, ni un microscope, ni une tonne de connaissances”, avait-elle ajouté.