La justice californienne a décidé dans la nuit du 19 au 20 mars de ne pas transférer une partie des avoirs de Johnny Hallyday dans son trust américain, indique BFM TV.

En juillet dernier, la Bank of America, qui était à l'époque la gérante du trust, avait demandé à ce que des Harley Davidson, des voitures de luxes mais aussi des royalties du chanteur y soient transférées.

Pour rappel, le trust américain de Johnny (nommé "JPS" pour Jean-Philippe Smet, le vrai nom du rockeur) est justement au coeur de la bataille juridique opposant les clans Hallyday. Dans son testament, Johnny Hallyday a désigné sa femme, Laeticia Hallyday, comme unique bénéficiaire du trust qui contient presque tous les biens du chanteur. Cette structure vise à lui garantir "un niveau de vie conforme à celui auquel Johnny Hallyday l'avait habituée", mais également à prendre en charge les frais d'éducation de Jade et Joy, les deux filles du couple. 

En d'autres termes, ce trust américain a permis à Johnny Hallyday de déshériter Laura Smet et David Hallyday. 

Les deux aînés du rockeur ont entamé une procédure judiciaire en France afin de savoir si c'est le droit français ou le droit américain qui s'applique dans le cas présent. Le droit français interdit en effet à un parent de déshériter complètement ses enfants tandis que le droit américain l'autorise. Suite de l'affaire le 29 mars au tribunal de Nanterre.