Le 20 février, l’hôtel Le Fauchon a permis à l’acteur Kev Adams et à une dizaine de personnes d’organiser une soirée qui s’est prolongée tard dans la nuit... Honteux en pleine pandémie”, a lancé le journaliste Nils Wilcke, de Mediapart, ce week-end sur Twitter. A cette époque-là, en effet, les rassemblements en intérieur étaient limités à six personnes et les repas à l’hôtel ne pouvaient être servis que dans les chambres.L'humoriste aurait donc bravé les interdits tout en ne respectant pas les règles sanitaires. Résultat? La Toile s'embrase, surtout qu'il ne serait pas la seule personnalité en cause. Selon le média français, plusieurs hôtels parisiens auraient même accueilli de nombreux fêtards durant les premiers mois de l’année 2021, en pleine troisième vague pandémique.

“On est écœurés de servir, en se mettant en danger, des clients privilégiés qui ne respectent aucune règle d’hygiène"

Le journaliste dénonce les méfaits dans son enquête. "Restos clandestins: les astuces des palaces parisiens pour contourner la règle commune, dévoilées par Mediapart. Chambres reconverties en salles à manger, séminaires pro transformés en soirées et... des salariés qui ne peuvent rien dire."

Mediapart révèle en effet que le personnel hôtelier était tenu au silence. " C’est insupportable de voir que des personnes, parce qu’elles ont l’argent et les bons contacts, peuvent continuer à faire ce que tout le reste de la population n’a pas le droit de faire," témoigne un des serveurs. Ou encore: “On est écœurés de servir, en se mettant en danger, des clients privilégiés qui ne respectent aucune règle d’hygiène et à qui les hôtels de luxe ouvrent leurs portes pour dîner et faire la fête.”