Le Premier ministre britannique Boris Johnson a exprimé lundi "sa plus grande admiration" pour la reine Elizabeth II, refusant de commenter davantage les confidences du prince Harry et Meghan à la télévision américaine, très dures pour la monarchie. "J'ai toujours eu la plus grande admiration pour la reine et le rôle unificateur qu'elle joue dans notre pays et dans tout le Commonwealth", a déclaré M. Johnson lors d'une conférence de presse, ajoutant: "Je ne commente pas les affaires de la famille royale et je n'ai pas l'intention de commencer aujourd'hui".

"Du courage"

La Maison Blanche, quant à elle, a salué lundi le "courage" du prince Harry et de sa femme Meghan Markle au lendemain de leur interview explosive à la télévision américaine. "Parler de ses propres combats sur les questions de santé mentale et relater son histoire personnelle demande, pour toute personne, du courage", a souligné Jen Psaki, porte-parole de l'exécutif américain.

Cependant, a-t-elle souligné, ils sont tous les deux désormais des "citoyens privés". "Nous ne ferons pas d'autres commentaires au nom du président", a-t-elle insisté.

Un an après la mise en retrait du couple et son départ pour la Californie, leurs confessions, recueillies par la star de la télévision Oprah Winfrey, dressent un portrait sombre de la monarchie britannique, cible d'un tir nourri d'accusations, de l'insensibilité au racisme.