« La question ne se pose même pas ». Voilà la réponse d'Isabelle Adjani à Europe 1. On apprenait hier l'adaptation cinématographique prochaine du best-seller Merci pour ce moment. Elle sera d'ailleurs assurée par Saïda Jawal, l'ex-compagne de Gérard Jugnot, proche de Valérie Trierweiler.

Au mois de décembre, dans une interview accordée à l'hebdomadaire Le Point, Isabelle Adjani défendait l'ex-première dame à propos de son bouquin: «Elle est sûrement de mauvaise foi quand elle dit qu'elle n'a pas cherché la vengeance, mais c'est une mauvaise foi tellement romanesque que, moi, je suis aux anges». «Pourquoi la condamner? Il y a quelque chose de barré dans sa démarche qui me plaît, d'autant qu'elle déplaît aux autres, avait-elle poursuivi. Cette attitude de mépris, de condescendance à son égard, c'est si facile, comme s'il ne s'agissait que de la promotion narcissique d'une pauvre femme vulnérable. Mais enfin c'est une femme de tête! Elle n'a pas été seulement spectatrice du chemin parcouru par François Hollande vers la présidentielle, elle l'a aussi en partie construit avec lui», ajoutait-elle.

Mais l'actrice ne souhaite pas pour autant interpréter le rôle de Valérie Trierweiler. « Je n'ai rien à répondre là-dessus », indique-t-elle à Europe 1. Et sur RTL, elle insiste: « Je ne pousserai pas la solidarité féminine jusque là! (...) Non quelle idée, c'est du domaine de l'absurde». Cela dit, Isabelle Adjani avait déjà refusé en 2012 de se mettre dans la peau d'Anne Sinclair dans Welcome to New York d'Abdel Ferrara. En attendant, le casting s'annonce compliqué. Le réalisateur de La dernière Campagne, Bernard Stora, verrait bien Chiara Mastroianni, Emmanuelle Devos ou Carole Bouquet. Et pour interpréter François Hollande? Ce ne sera pas non plus Patrick Braoudé qui a déjà incarné le président français au cinéma. « Je n’ai pas lu le livre de Valé­rie Trier­wei­ler et les extraits que j’ai pu voir dans les jour­naux m’ont horri­fié », a-t-il déclaré dans Le Pari­sien.