Pointé du doigt dans Framing Britney Spears, le documentaire consacré à la pop star américaine et à la tutelle dont elle fait l’objet depuis treize ans, Justin Timberlake est sorti du silence ce week-end. Dans un message publié sur Instagram, le chanteur a présenté ses excuses à son ex, ainsi qu’à Janet Jackson, pour avoir participé aux déboires qu’elles ont connu dans leurs carrières.

Pris à partie sur les réseaux sociaux, Justin Timberlake explique avoir vu les messages, les tags et les commentaires qui le concernent. “Je suis profondément désolé de ces moments dans ma vie, lorsque mes propos ont contribué au problème ou lorsque je n’ai pas dit ce qui était juste.”

"J'ai merdé"

“Je tiens en particulier à m’excuser auprès de Britney Spears et de Janet Jackson, car je les respecte et leur sort me préoccupe. Et je sais que j’ai merdé, poursuit-il. Il fait allusion aux propos qu’il a tenus lorsqu’ils étaient en couple et qu’il a accusé Britney Spears, à tort, de l’avoir trompé, la qualifiant au passage de “pute de l’école” dans son single “Cry Me a River”.

Mais aussi au "Nipplegate", à savoir l’épisode du sein dénudé de Janet Jackson lors de la mi-temps du Super Bowl en 2004. La chanteuse s’était retrouvée bannie des ondes radio et sa carrière a déraillé à l’époque, tandis que Justin Timberlake, qui avait tiré sur son soutien-gorge, n’a pas subi la moindre conséquence.

© Imaglobe

Un premier pas mais pas l'absolution

“Je comprends que j’ai échoué à ces moments et lors de bien d’autres, reconnaît le chanteur qui admet avoir bénéficié d’un “système qui tolère la misogynie et le racisme”. “L’industrie (de la musique, NdlR.) est imparfaite poursuit-il. Elle prépare les hommes, en particulier les Blancs, à réussir. En tant qu’homme bénéficiant d’une position privilégiée, je me dois de prendre position là-dessus. En raison de mon ignorance, je n’ai cependant pas reconnu cela que cela concernait ma propre vie. Et je ne veux plus jamais profiter de ce que d’autres soient entraînés dans les bas-fonds.”


“Je n’ai pas été parfait pour gérer cela tout au long de ma carrière, conclut-il. Je sais que ces excuses ne constituent qu’un premier pas et n’absolvent pas le passé. Je veux assumer la responsabilité de mes propres faux pas dans ces histoires.”