Dans une interview donnée au journal "L'Equipe", le rappeur Kaaris a décidé de "mettre un terme à cette mascarade" alors que ce combat déchire les réseaux sociaux depuis plus de 6 mois.

Kaaris, de son vrai nom Okou Armand Gnakouri, a tenu à mettre les choses au clair concernant le combat contre son ennemi Booba en expliquant que cet affrontement ne pourra jamais avoir lieu.

En effet, les deux rappeurs avaient signé un contrat pour un combat le 30 novembre à la Jakobshalle de Bâle en Suisse mais les autorités suisses ont décidé de l'annuler. "Ça s'arrête là. Je préfère me retirer de leur histoire car ça me fatigue et ça fatigue même beaucoup de gens, je pense", a déclaré Kaaris afin d'être totalement clair. "Aucun pays en Europe ne veut de cet événement. Maintenant, l'organisateur trouvé par Booba, la société SHC, nous parle d'un endroit secret, dévoilé à la dernière minute. On nous dit aussi aujourd'hui que les gens ne pourront venir que sur invitation. Moi, je n'ai pas signé pour ça ! Tout ça manque de sérieux. On dirait une rave-party ou une soirée privée où l'on se présente avec un masque ! Ça ne ressemble plus à grand-chose, là", explique-t-il.


Le rappeur du 93 estime avoir fait sa part pour que le combat ait bien lieu mais, selon lui, Booba n'a pas joué le jeu jusqu'au bout en refusant que leur duel se déroule en Tunisie. " Booba a refusé prétextant qu'il voulait un endroit où ses fans pourraient venir le supporter. S'il avait vraiment voulu combattre, il aurait accepté ma solution en Tunisie. Depuis le début, tout le monde savait pertinemment que ce combat ne pourrait jamais avoir lieu dans un pays proche de la France au regard des risques encourus," avance le natif d'Abidjan, en Côte d'Ivoire. Il est vrai que les autorités françaises craignaient que des débordements surviennent entre les deux clans rivaux tant la haine est importante. "On ne sait pas vraiment comment tout ça peut se passer. Ça sent pas bon en fait. Tout ça, c'est tendu, c'est houleux".

"Si je l'attrape, je le plie"

Tout au long de ses six mois de clashs interposés sur les réseaux sociaux, l'interprète de "Tchoin" s'est bel et bien préparé physiquement à l'octogone façon MMA. Dans de nombreuses vidéos publiées sur Instagram, on peut voir Kaaris s'entrainer d'arrache pied à la salle de musculation ou sur un ring. "Je me suis entraîné de manière très intensive, j'ai séché et j'ai appris beaucoup de choses sur le milieu de la boxe et du MMA. Mais ce qui m'a le plus marqué durant ces longs mois d'entraînement, c'est la vie que mènent les vrais combattants. La boxe est un sport d'une rare intensité, les entraînements sont très durs et quand tu vois ce que ces sportifs gagnent et les risques qu'ils prennent, c'est tout à leur honneur. Eux, ce sont de vrais sportifs," commente-t-il. "De toute façon, si je l'attrape sur Paname, je le plie. Booba s'invente une vie de boxeur à 43 ans".

Avec ses deux heures d'entraînement quatre fois par semaine, Kaaris se sentait pourtant prêt à en découdre mais, pour lui, le combat n'intéressait pas son homologue. "c'est le buzz médiatique qui allait avec. Depuis des années, il essaye de faire en sorte de mettre de côté tout ce que je fais. Cette histoire de combat a démarré au moment où je sortais mon album Or Noir et les gens dans la rue me questionnaient plus sur ce combat que sur mon album. Son but initial, c'est d'arrêter ma carrière. C'est un de ses principaux buts dans la vie. Il fait une vraie fixette sur moi," conclut l'homme de 39 ans.

Par ailleurs, Booba a directement réagi en publiant une story Instagram avec le commentaire "Pas du tout".

Même si l'octogone entre Kaaris et Booba n'aura peut-être jamais lieu, il est certain que nous entendrons encore parler de ce combat via des clashs vidéo publiés sur les réseaux sociaux.


© INSTAGRAM