"Ce n’est pas un milliard, c’est 3,3 milliards. Personne chez Forbes ne sait compter."

L’argent ne fait pas le bonheur, c’est bien connu. Au contraire de la réputation en or, semble penser Kanye West. Pour lui, la richesse ne suffit pas : il faut qu’on sache qu’il fait partie des plus grandes fortunes de la planète.

Or, l’an dernier, quand Forbes a établi la liste des milliardaires sur le sol américain, le nom du mari de Kim Kardashian n’y figurait pas. La raison : le magazine applique la "règle Trump". "Depuis des années, Forbes a une règle informelle pour Trump : on prend ce qu’il déclare être sa fortune personnelle, on la divise par 3, et on part de là. " Et d’ajouter : "Sans documents suffisants sur ses participations, juste en devant se baser sur sa parole et des estimations, nous ne l’avons pas classé parmi les milliardaires. Et cela l’a fait grincer des dents. Mais hier l’équipe de la superstar du hip-hop nous a fourni ce qui nous semble être des chiffres authentiques, qui prouvent qu’il est bien milliardaire, grâce surtout à sa marque de baskets, Yeezy, détenue à 100 %."

Forbes estime sa fortune à 1,3 milliard $. Elle se répartit comme suit : Yeezy vaut 1,26 millions, ses propriétés sont estimées à 80 millions, les terrains qu’il possède à 21 millions $, les droits sur son catalogue musical à 90 millions, ses actions à 35 millions et son compte en banque à 17 millions en cash.

De tout cela, le média retire 100 millions $, qui correspondraient à ses dettes.

"Il n’y a qu’un chiffre qui compte pour Kanye. Le milliard, mais de dollars. Et ce chiffre compte beaucoup", écrit le magazine. Qui s’attendait probablement à une réaction enthousiaste de Kanye West, enfin reconnu par le monde entier comme un milliardaire. Mais c’est tout le contraire qui s’est produit. Loin de baigner dans la félicité, la superstar de 42 ans, officiellement plus fortunée que sa belle-sœur Kylie Jenner, a envoyé un SMS rageur au journaliste : "Ce n’est pas un milliard $, c’est 3,3 milliards. Personne chez Forbes ne sait compter."

Décidément, il lui en faut beaucoup pour être heureux.