People Samuel Benchetrit raconte sa conversation avec Bertrand Cantat au moment du drame qui a causé la mort de Marie Trintignant.

"Marie est dans sa chambre, elle dort. On s’est beaucoup engueulés ce soir. Je l’ai giflée." Voici les mots, révélés par L’Express, de Bertrand Cantat à l’ex-époux de Marie Trintignant et père de leur petit Jules (qui a aujourd'hui 18 ans) lors de leur conversation téléphonique le jour de la mort de l’actrice en août 2003. Un bref échange qui hante encore Samuel Benchetrit aujourd’hui, séparé de l'actrice Anna Mouglalis avec qui il a eu un enfant.

"Je crois entendre ton souffle"

Dans La nuit avec ma femme, un livre où il tente de faire le deuil de son ex-épouse, le réalisateur de Janis et John s’est souvenu de ce jour maudit où le leader de Noir Désir (aujourd’hui libéré après avoir purgé 4 ans de prison et 4 ans de contrôle judiciaire) lui avait passé un coup de fil juste après avoir frappé Marie Trintignant.

Insistant pour avoir la comédienne au téléphone, trouvant que Bertrand Cantat "chiale trop", Samuel Benchetrit finit par demander à son interlocuteur d’aller au moins voir si elle allait bien. "J’entends les mouvements. J’entends qu’il se penche", raconte le cinéaste dans son livre à paraître ce jeudi chez Plon/Juillard. "J’entends qu’il prononce ton prénom. Doucement. Et puis le mien. Il dit c’est Samuel. Marie, c’est Samuel. Je crois entendre ton souffle."

© REPORTERS
Marie Trintignant et François Cluzet dans Janis et John 

Mais rien n’y fera, Marie ne se réveillera pas… Elle ne se réveillera plus jamais. "Je dis à Bertrand Cantat d’appeler son frère qui est aussi dans ce pays", termine Samuel Benchetrit, qui ne réalisait pas ce qu’il se passait à ce moment-là à Vilnius en Lituanie. "Il va faire ça. Il me remercie. J’ai honte aujourd’hui de ce remerciement."

Il m'a fallu du temps

Dans un entretien exclusif accordé au Elle France, il explique pourquoi il a voulu faire ce livre: "Depuis le début, j’ai eu envie de m’exprimer, mais il m’a fallu du temps pour savoir ce que j’avais envie d’en dire ; pour y penser, y rêver, être hanté et, d’un autre côté, pour m’apaiser, beaucoup".

A propos de Bertrand Cantat, il estime "qu’il a le droit de reprendre sa vie, et de rechanter". Mais l'acteur confie qu'il aurait  aimé "qu’il observe une certaine discrétion". Et de poursuivre : "Ce qui me fascine, c’est le travail de promotion autour, que je trouve un peu indécent. Car nos métiers nous permettent de rester très libres et très discrets. Si on le veut vraiment".