Tony Hall, qui dirigeait la rédaction de la BBC au moment de l’interview retentissante de Lady Di en 1995, a démissionné samedi de ses fonctions de président du musée londonien de la National Gallery après la publication d’un rapport critiquant l’enquête interne menée sur cette interview. "J’ai démissionné aujourd’hui de mon poste de président de la National Gallery", a annoncé Tony Hall, renouvelant ses excuses pour "les événements d’il y a 25 ans".

Un rapport publié jeudi, près d’un quart de siècle après la célèbre interview dans laquelle Diana s’épanchait sur son mariage raté, a dénoncé les méthodes "trompeuses" employées par le journaliste Martin Bashir, aujourd’hui âgé de 58 ans. Celui-ci avait utilisé de faux documents pour convaincre l’épouse du prince Charles d’accepter l’interview, un énorme scoop pour la BBC.

Lors de cet entretien télévisé, Lady Di avait affirmé qu’il y avait "trois personnes" dans son mariage, en référence à la relation que Charles entretenait avec Camilla Parker Bowles, et reconnaissait entretenir elle-même une liaison.

Dans son rapport, l’ancien juge de la Cour suprême John Dyson a étrillé la BBC pour sa gestion d’une affaire qu’elle traîne comme un boulet depuis des années.

L’ancien directeur général, Tony Hall, qui était directeur de la rédaction au moment de l’interview, s’est excusé jeudi, reconnaissant que l’enquête interne menée en 1996 "était bien en deçà" des standards requis et que "davantage de mesures avaient pu et dû être prises suite aux plaintes concernant l’attitude de Martin Bashir". Il a reconnu avoir eu "tort de donner à Martin Bashir le bénéfice du doute".

Les confidences de Lady Di avaient conduit au divorce de Charles et Diana, morte moins de deux ans plus tard à Paris dans un accident de voiture alors qu’elle était pourchassée par des paparazzis.