Les résidences officielles de la reine Elisabeth II vont rouvrir leurs portes au public à partir du 23 juillet, dans un climat assombri par les craintes pour l’emploi des salariés de la royauté britannique à cause de la crise du nouveau coronavirus. Fermés depuis plusieurs mois à cause de la pandémie, le château de Windsor, les galeries de la Reine et les écuries royales du palais de Buckingham à Londres ainsi que Holyroodhouse à Édimbourg accueilleront de nouveau le public dans trois semaines, a annoncé mercredi le Royal Collection Trust, qui gère les résidences royales.

D’autres lieux de la monarchie britannique comme les State Room s de Buckingham Palace ou la résidence du prince Charles restent fermées jusqu’à nouvel ordre.

L’épidémie de nouveau coronavirus, qui a fait plus de 44 000 morts au Royaume-Uni, n’épargne pas la monarchie. Charles, l’héritier de la couronne, a lui-même été atteint d’une forme sans gravité du Covid-19.

Et, comme toute l’économie britannique, la monarchie craint d’être frappée de plein fouet par les effets de la crise.

Selon le Daily Telegraph, le Royal Collection Trust, qui tient ses revenus des visites des palais royaux, s’attend à voir ceux-là s’effondrer de 63 millions de livres sterling (70 millions d’euros) cette année, pour arriver à 13 millions de livres. Le quotidien évoque plan de départs volontaires, gel des salaires et consultation sur le régime des retraites.

Une note citée par le quotidien conservateur le Lord Chamberlain, qui chapeaute les services de la monarchie, souligne que le nombre de visiteurs risque de rester inférieur à la normale pendant "plusieurs années".

Ainsi, la contribution aux finances royales du Royal Collection Trust, qui représente environ un cinquième des revenus de la couronne, sera "considérablement réduite". Selon le Lord Chamberlain, il est "peu probable" que les économies résultant de la baisse des activités royales "compensent en totalité la réduction anticipée des revenus".

Les craintes portent également sur le personnel de Buckingham, que la souveraine de 94 ans et son époux, le prince Philip, 99 ans, ont quitté depuis le début de la pandémie pour le château de Windsor, à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Londres.