Sarah Barzotti, la fille du chanteur, est revenue chercher ses trois chiens pourtant saisis par la police.

Clap de fin dans la saga des chiens de la fille du chanteur Barzotti ? Ce samedi, Sarah Barzotti est venue rechercher in extremis ses trois chiens âgés entre 1 et 2 ans et demi placés au refuge « Sans Collier » depuis cet été, au grand désespoir de ses membres et ses bénévoles. La raison de leur colère ? "Elle avait deux semaines pour venir les récupérer", confie Sébastien De Jonge, directeur du centre. Les défenseurs des animaux espéraient qu’elle ne vienne pas les récuperer. "Or, malheureusement elle est venue le dernier jour, 30 minutes avant la fermeture du centre. Cela montre vraiment son désintérêt pour ces pauvres chiens !"

La restitution s’est faite sous conditions. Primo, l’obligation d’aller dans un club canin. Secundo, rehausser les clôtures pour qu’ils puissent gambader et ne plus être attachés. Et enfin, recevoir quatre visites d’un vétérinaire indépendant étalées sur plusieurs mois.

Un épisode de fin au goût amer pour les défenseurs des animaux

"Le 12 août, la bourgmestre Julie Chantry avait ordonné une saisie des animaux par la police", nous remémore Sébastien De Jonge, directeur de l’asbl « Sans Collier ». Les chiens étaient à l’abandon et dans une situation sanitaire jugée "extrêmement préoccupante" depuis des années. "La bourgmestre avait deux mois pour effectuer un choix : soit elle restituait les animaux avec ou sans conditions, soit elle nous les confiait définitivement", poursuit-il. Le 11 octobre, la bourgmestre avait opté pour la restitution avec conditions strictes à la clé. La suite, on la connait désormais.

Pourtant, depuis plusieurs années, diverses plaintes avaient été déposées à la Région wallonne pour avertir de cette situation. A l’époque, les chiens étaient enfermés jour et nuit dans une cave. Mais après plusieurs visites, les services régionaux estimaient "qu’il n’y avait rien à signaler", apprenait-on à bonne source. "Tout le monde connaissait la situation, confiait un proche du dossier ce été. Mais sa propriété était équipée de caméras de surveillance. Il était donc impossible de s’y approcher pour prendre des photos et obtenir des preuves de la situation."

C’est alors que l’ouvrier de maison était entré en action fin août. Il a profité de l’absence de la propriétaire pour avertir les services de police. La brigade canine d’Ottignies-LLN est alors intervenue pour sauver les animaux, avec l’autorisation de la Bourgmestre faisant fonction, Annie Galban.

Sur place, le vétérinaire avait dû sédater un des chiens pour lui enlever son collier. Son état de santé était tellement avancé que son collier s’était enfoncé dans sa chair.

Avec les fortes chaleurs, un autre chien avait eu les oreilles brûlées. Attaché en plein soleil par des températures frôlant les 42 degrés, le Berger Malinois n’avait pu se réfugier à l’ombre. Sa peau avait également été brûlée. Des mouches avaient même réussi à pondre sous sa peau.

Sarah Barzotti s’était défendue prétextant que les chiens essayaient souvent de s’échapper. "Nos chiens sont attachés car nous attendons la mise en place d’un espace sécurisé", avait-elle répondu.

"C'est un échec"

Quelques minutes après la restitution, Sébastien De Jonge ne peut cacher sa déception suite à ce dernier épisode. "Je suis triste pour ces chiens, confie-t-il. Attendre les dernières minutes pour venir les chercher démontre clairement qu'elle ne s'en préoccupe pas. Cela fait deux mois qu'ils sont ici. Jamais elle n'a donné de nouvelles. Pire, elle compte en donner un. Pourquoi alors ne pas nous le confier? Je regrette l'ordonnance de la Ville. Mon seul soulagement est qu'il y ait des conditions strictes", poursuit-il. "Je doute que la situation va s'améliorer. Sa solution est de les laisser dans une pièce à l'intérieur. Est-ce une vie pour des chiens? C'est un échec."
© DR