Ce matin, sur BFM TV, Pierre-Jean Chalençon a répondu à la polémique des dîners organisés dans son palais Vivienne. Il s'était notamment défendu d'être l'organisateur de quoi que ce soit et d’avoir reçu des ministres lors des repas qui lui sont reprochés. Il avait également chargé les journalistes de M6 qu'il accusait de harcèlement à son encontre.

Lors de cette même journée, la Société des journalistes de M6 a décidé de répondre directement à l'ancien participant de l'émission "Affaire conclue". "Depuis la diffusion de notre reportage sur des dîners clandestins le 2 avril, Pierre-Jean Chalençon se répand dans les médias et sur les réseaux sociaux. Il accuse notre rédaction et nos JT de propager des calomnies. Il nous reproche 'une sorte de guet-apens, de coup monté'', commence le communiqué.

Sur BFM TV, le collectionneur connu pour sa collection Napoléon avait affirmé avoir été harcelé par les journalistes de M6. Une affirmation réfutée par la chaîne. "Il n’en est rien, notre collègue lui a simplement envoyé un SMS en se présentant comme journaliste qui enquêtait sur les soirées clandestines et il l’a rappelée de lui même."

PJ Chalençon avait également affirmé qu'il s'agissait d'un énorme poisson d'avril et que personne ne paye en tant qu'invité. "Nous maintenons qu’il y avait une quarantaine de personnes, comme le montrer les images que nous nous sommes procurées. Nous maintenons également, que contrairement à ce qu’il dit, l’entrée était payante, notre enregistrement le prouve également."

Enfin, M6 continue d'affirmer qu'un au moins un membre du gouvernement faisait bien partie de ces dîners clandestins. "Sur ce point, d’autres sources nous ont confirmé en off la présence d’au moins un membre de gouvernement à un de ces dîners. Nous poursuivons nos investigations à ce sujet."

Pour conclure, le communiqué rappelle les charges qui pèsent contre Pierre-Jean Chalençon. "Pour rappel, une enquête judiciaire a été ouverte par le procureur de la République de Paris, pour "mise en danger d’autrui" et "travail dissimulé."