Le prince Laurent a pris part aux festivités du 21 juillet, jour de Fête nationale en Belgique. Dans une interview sans filtre, réalisée par nos confrères de la RTBF, le frère du roi Philippe a livré son ressenti sur la politique belge.

"Vous êtes très populaire, vous savez. Les gens nous demandent tout le temps: 'Où est le prince Laurent, quand est-ce qu'il arrive? Vous êtes attendus", lance une journaliste de la RTBF au prince Laurent, en marge des festivités du 21 juillet. Le prince Laurent, qui s'est joint au Te Deum à Bruges dans la matinée, puis au défilé militaire et civil à Bruxelles, prend une pause pour digérer le compliment.

Puis, il répond: "La chose incroyable, c'est que je ne cherche pas cela. Je suis tout simplement moi-même. (...) Je pense que les personnes sentent quand il y a un calcul derrière. Je dirais même un calcul politique. Ce n'est pas mon cas. Je suis moi-même, comme avec ma femme, comme avec vous, comme avec tous les autres."

"Il en va de la crédibilité du pays"

Depuis les élections du 26 mai, la Belgique ne s'est pas encore trouvé de gouvernement fédéral, ni wallon, ni flamand. Le discours rassembleur du roi Philippe à l'occasion de la Fête national évoquait la nécessité d'oser le dialogue entre différentes formations politiques, y compris les plus éloignées sur l'échiquier. Une opinion que partage le prince Laurent: "Pour le bien de ce pays, pour la stabilité et la crédibilité, j’espère que les politiques vont pouvoir faire un gouvernement dans les prochaines semaines ou les prochains mois (...) Il en va de la crédibilité du pays, pour les investissements, et pour les citoyens qui ont besoin de réponses à leurs problèmes. Et les citoyens, c’est nous tous".

"Un conseil à donner à ces négociateurs politiques?", demande la journaliste. "Je pense qu'on ne doit pas se mêler de politique quand on ne veut pas le faire. Beaucoup de gens qui ont fait de la politique et qui venaient du privé se sont plantés, et ce n’est pas mon objectif (...) Excusez-moi de vous le dire, mais souvent la politique, je ne comprends pas", a-t-il conclu.