Il avait déjà choisi son slogan : "Je ne veux pas être réélu !" "Mais il y a trop de squelettes dans mes placards", explique-t-il.

C’est étrange comme le goût de jouer la comédie peut pousser certains acteurs à vouloir faire de la politique. Depuis de nombreux mois, on prête à Dwayne Johnson l’intention de faire mieux que le "Gouvernator" Arnold Schwarzenegger et de suivre les traces de Ronald Reagan dans la course à la présidence américaine.

Mais il n’est pas le seul à s’imaginer en train de diriger son pays. Après avoir incarné un Premier ministre au grand cœur dans Love Actually, Hugh Grant se serait bien vu travailler pendant quelques années au 10 Downing Street, à Londres.

"J’y ai pensé, pour être tout à fait honnête", a reconnu l’acteur de 58 ans lors d’une interview dans l’émission Big Ticket. D’ailleurs, il avait déjà choisi son thème de campagne : "Mon slogan principal aurait été : ‘Je ne veux pas être réélu’ !" Une explication s’impose : "Il me semble que le désir d’être réélu ou de vouloir devenir un politicien de carrière empoisonne tout."

Alors que la politique actuelle possède le don de "l’énerver ardemment", il n’a pourtant pas osé se lancer dans ce projet. "Mais il y a trop de squelettes dans mes placards, a-t-il expliqué en riant. Tellement de scandales pourraient émerger… Moi, je serais capable de les supporter, j’endure tellement de choses depuis si longtemps. Mais je ne suis pas sûr de vouloir que ma famille en souffre. Il ne s’agit pas vraiment de moi, mais de ma famille."

Dommage. Avec lui, la politique n’aurait manqué ni de charme ni d’humour. Et, Brexit ou pas, les réunions avec l’Union européenne auraient eu une tout autre allure qu’avec les émissaires de Boris Johnson.