Un récit glaçant.

Il y a un peu plus d'un mois et demi, Duffy annonçait sur les réseaux sociaux avoir été "violée, droguée et retenue en captivité pendant plusieurs jours", sans donner plus d'informations à sa communauté. Dans un long texte publié sur son blog, la chanteuse a donné plus d'explications sur son kidnapping.

"Nous traversons une période trouble, où nous n'avons pas vu une telle inquiétude nationale et globale depuis la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, il est plus que jamais important de penser à l'impact que nous avons les uns sur les autres", commence-t-elle. Tout a commencé dans un restaurant dans lequel elle a été droguée. "C'était mon anniversaire. J'ai été droguée au restaurant, et puis j'ai été droguée pendant les quatre semaines suivantes et emmenée dans un pays étranger. Je ne me souviens pas avoir été dans l'avion. On m'a mise dans une chambre d'hôtel et le kidnappeur est revenu et m'a violée. Je me souviens de la douleur, d'avoir essayé de rester consciente dans la chambre. J'ai envisagé de fuir pendant qu'il dormait, mais je n'avais pas d'argent et j'avais peur qu'il appelle la police".

"Je ressemblais à un mort"

Après ces quatre semaines, elle est revenue chez elle en compagnie de son agresseur, toujours en avion. "Je savais que ma vie était en danger, il avait vaguement confessé vouloir me tuer. Il m'a droguée dans ma propre maison pendant quatre semaines, je ne sais pas s'il m'a violée durant cette période". Elle sera emmenée une seconde fois à l'étranger, en voiture cette fois. C'est peu après son retour qu'une personne de son entourage l'a retrouvée sur son balcon "fixant le ciel, emmitouflée dans une couverture. Cette personne m'a dit que j'étais jaune et que je ressemblais à un mort. Mais elle était terrifiée et n'a pas voulu interférer, elle n'avait jamais vu quelque chose comme ça".

Menacée de mort, et après que trois individus ont tenté d'entrer par effraction chez elle, Duffy racontera finalement deux fois son histoire à la police. Pas question, cependant, de donner plus d'informations sur l'identité du violeur. "L'identité du violeur doit être seulement connue de la police, et ça reste entre la police et moi". Tout un temps suicidaire, Duffy s'en est finalement sortie en consultant un psychiatre. "Je n'ai pas honte de dire que j'ai passé presque dix ans complètement seule et que ça me brûle encore le cœur de l'écrire. Je me dois de le dire, je me sens obligée d'expliquer à quel point la guérison a été difficile". Elle envisage également un retour à la musique. "Je peux finalement laisser cette décennie derrière mois, où appartient le passé. J'espère ne plus avoir de questions sur 'ce qui est arrivé à Duffy', maintenant vous savez. Et je suis libre".