Retiré de la vie publique de la famille royale britannique, Philip, 99 ans, n'a pas pu rester indifférent face à la tournure des événements de l'année écoulée. Biographe chevronnée, Ingrid Stewart, qui a d'ailleurs consacré un ouvrage au duc d'Édimbourg, a glissé qu'il n'avait que très peu goûté au départ d'Harry vers la Californie. Loin, bien loin de Buckingham Palace et de son "devoir".

"Si Philip est déçu, c’est parce que lui-même a un sens très grand du devoir qui lui a été inculqué dès son plus jeune âge. Il continue de prendre au sérieux les devoirs de la famille royale malgré son âge et sa santé fragile", a-t-elle rapporté dans les colonnes du Daily Mail. Presque centenaire, ce pilote émérite de la Royal Air Force aurait du mal à digérer que son petit-fils ne partage pas - ou plus - les mêmes valeurs que lui. "Il ne comprend pas qu'Harry préfère manquer à son devoir, tourner le dos à sa patrie et tout ce qui comptait pour lui pour une vie de star autocentrée en Amérique du Nord. Il a également beaucoup de mal à comprendre exactement ce qui a rendu la vie de son petit-fils si insoutenable", précise-t-elle.

Le prince Philip se trouve actuellement à Balmoral avec Elizabeth II où ils ont récemment la visite du prince William, Kate Middleton et leurs trois enfants.