Même en exil dans leur luxueux manoir de Santa Barbara, leur vie d'avant se rappelle à leur bon souvenir. Flirtant avec la politique en poussant les Américains à voter, prenant la parole à l'occasion de conférences payées rubis sur l'ongle, taclant le racisme systémique... Meghan et Harry se taillent une image plus engagée depuis le Megxit. Encore faudrait-il joindre les actes aux paroles. Une récente étude met en effet à mal leur posture concernant l'écologie : les Sussex seraient les plus gros pollueurs de la famille royale. 

Se basant sur l'année écoulée entre les mois de mars 2019 et 2020, l'entreprise britannique "Save on Energy" a compilé des informations concernant leur empreinte carbone, leurs interventions (auprès d'associations ou sur les réseaux sociaux) sur la thématique, l'utilisation de véhicules électriques (ou non) lors de leurs sorties ou encore leurs choix vestimentaires. Confronté à un système de notation, Meghan et Harry afficheraient une triste dernière place et remporteraient haut la main le titre de mauvais élève contrairement au prince Charles, exemplaire dans le domaine et premier du classement. C'est d'ailleurs grâce à l'ancienne actrice et ses looks écoresponsables que le couple échappe au zéro pointé.