Sur les ondes françaises de RTL, il a dit tout le dégoût que lui inspire notre époque.

"Je hais cette époque, je la hais, je hais ce siècle." Michel Sardou n’y a pas été avec le dos de la cuillère alors qu’il était, ce lundi, l’invité de RTL en France. Ce qui l’irrite ? "Tout, a-t-il répondu. On n’a plus aucune liberté. Rappelez-vous des années 1970-1980. On fumait, on faisait l’amour, on roulait vite, on pouvait boire, le théâtre marchait, les affaires marchaient…"

Dans son collimateur, les réseaux sociaux sur lesquels s’expriment trop souvent des abrutis, la télévision et les téléphones portables. Mais aussi les chaussées qui rétrécissent, les trottinettes qu’il manque d’écraser et les limitations de vitesse qu’il maudit même si on lui rétorque qu’il y a des milliers de morts sur les routes.

Quant aux politiques de tous bords, aucun ne trouve grâce à ses yeux en dehors du parti animaliste. "Les gilets jaunes, et les gilets rouges, et les gilets bleus, et les gilets verts… Merde ! Ça va, s’est-il exclamé. La seule politique que je pratique, c’est que je fais partie du Parti animaliste. Je défends les petites bêtes !" Et d’ajouter qu’il brigue la présidence du mouvement. Le hic, c’est que le Parti animaliste auquel il fait allusion… n’a pas de président. "Tous les membres du bureau national sont en revanche coprésidents" , a fait savoir l’un d’eux à L’Obs.

Vu son humeur du jour, rien ne dit que Michel Sardou va rester en bons termes avec eux.