Elizabeth II retient son souffle. Depuis près deux semaines, le prince Philip, centenaire en juin prochain, est malade. Ce qui était annoncé comme une visite de précaution pour une "infection" par Buckingham Palace a pris un tournant plus inquiétant quand le Duc d'Édimbourg fut transféré dans un autre hôpital le 1er mars. Aujourd'hui installé au St Bartholomew's Hospital, il est suivi avec attention, en particulier pour son coeur. Pendant ce temps, sur les réseaux sociaux, un nom de code mystérieux commence à circuler : "Operation Forth Bridge".

À chaque "Royals" son pont

Derrière cette appellation "jamesbondienne" se cache en réalité le plan d'action prévu en cas de décès du prince Philip et le protocole à mettre en place pour d'éventuelles funérailles. Et chaque membre de la famille royale aurait les siens. "Les ponts symbolisent le trajet de la vie vers l'au-delà. Le code "ponts" existe depuis des décennies et les membres de la famille royale en connaissent les contours et valident leurs propres arrangements funéraires", expliquait l'ancien press secretary des Windsor Dickie Arbiter en 2020. Pour Elizabeth II, il s'agit de l'opération "London Bridge", le plus célèbre des ponts du royaume, pour Charles, le "Menai Bridge", situé au pays de Galles. Forth Bridge, lui, est localisé... à Édimbourg, en Écosse. Le clin d'oeil était tout trouvé.

© AFP

Chaîne de commandement

Si Philip venait à mourir à l'âge de 99 ans, son épouse préviendrait tout d'abord le Lord Chamberlain, qui est le comte William Peel depuis 2006. Le lord-chambellan est effectivement l'un des plus hauts fonctionnaires du royaume et c'est donc lui qui recevra les instructions millimétrées de la Reine. Buckingham Palace se chargera du communiqué qui sera ensuite envoyé à la BBC et à la Press Association (PA). Si le décès survient durant la nuit, la nouvelle ne sera annoncée qu'à 8 heures le matin suivant. 

Une période de deuil national entrerait en vigueur durant 12 à 14 jours – on parle parfois de 30 jours – et les drapeaux du pays seront tous en berne. Une attention particulière devrait être apportée aux institutions miliaires, chères à Philip Mountbatten. Il est de coutume qu'aucune nouvelle loi ne se soit signée à ce moment-là. 

Au Royaume-Uni, la presse se demande déjà si l'interview-vérité d'Harry et de Meghan Markle avec Oprah Winfrey le 7 mars prochain ne devrait tout simplement pas être annulée en attendant d'en savoir plus sur l'état de santé du grand-père du Prince exilé...