S'il avait directement réagi via un communiqué sur les réseaux sociaux, Patrick Poivre d'Arvor ne s'était pas encore exprimé sur un plateau de télé sur les accusations de viols dont il fait l'objet. À 73 ans, PPDA fait l'objet d'une enquête suite à une plainte de l'écrivaine Florence Porcel, qui affirme que, lorsqu'elle était étudiante, le journaliste de TF1 aurait abusé sexuellement d'elle.

Patrick Poivre d'Arvor, lui, dément les faits, et a voulu "rompre le silence après deux semaines" lors de son passage dans Quotidien ce mercredi soir. "J’ai dû voir cette femme peut-être 5 ou 6 fois maximum en 17 ans. Elle m’a beaucoup écrit, à sa demande, tout le temps. Elle me demandait des services, de lui donner des interviews, si je pouvais l'aider à faire circuler son CV", a raconté PPDA, affirmant qu'il avait "beaucoup rendu service", mais qu'"il ne s'est rien passé" entre eux. Il a notamment raconté que la jeune écrivaine, étudiante à l'époque en 2004, l'avait contacté une fois pour une interview, qu'il avait acceptée. Et au lendemain de cet entretien, Florence Porcel lui aurait, selon ses dires, envoyé des poèmes. "J'ai senti que j'avais troublé cette jeune femme", a-t-il dit à Yann Barthès. Les accusations de Florence Porcel, qui a aujourd'hui 37 ans, l'ont donc visiblement surpris: "Je ne pensais pas un quart de seconde qu’un jour la foudre allait me tomber dessus [...] Ça m'est apparu dingue, j'étais dans une grande colère".

Yann Barthès lui a alors demandé si par "rien passé", il voulait dire qu'il n'y avait pas eu de rapports sexuels. Mais Patrick Poivre d'Arvor n'a pas souhaité répondre à la question. "Je n’ai jamais parlé de ma vie privée, jamais. Et la question que vous me posez est très précise, et je donnerai la réponse aux enquêteurs s’ils jugent bon de me convoquer", a-t-il seulement répondu, avant de poursuivre: "Mais ce que je peux vous dire, c’est que de ma vie, jamais, je n’ai accepté une relation qui ne serait pas consentie, qui serait forcée, que ce soit sentimentale ou sexuelle".

L'ancien présentateur du 20h de TF1 a aussi certifié qu'il portait plainte pour dénonciation calomnieuse à l'encontre de Florence Porcel, mais également pour diffamation, contre Le Parisien.