Le ministre français de la Santé, Olivier Véran, a annoncé ce 23 septembre de nouvelles restrictions afin de limiter la propagation du coronavirus. Ainsi, les bars et restaurants ne pourront plus ouvrir après 22h. Les établissements situés en Guadeloupe et à Marseille, zones extrêmement touchées par le covid, devront quant à eux carrément rester fermés pour une période indéterminée. Face à ces nouvelles mesures, Philippe Etchebest a été invité à donner son avis sur BFMTV.

"Cela me met vraiment en colère parce que les fermetures anticipées des restaurants ne vont pas freiner la propagation du virus. Parce que les fêtes elles s'organisent de plus belle de manière anarchique dans des lieux qui font des clusters incroyables. Je crois qu'il faut arrêter de stigmatiser notre profession. Nous sommes quand même les garants des mesures (...) il faut arrêter, cela a déjà été compliqué. Les aides, on ne les a toujours pas vues venir (...) il faut sanctionner les établissements qui ne respectent pas les gestes barrières, mais on ne peut pas mettre tout le monde dans le même sac ce n'est pas possible".


Agacé, Philippe Etchebest déplore également le manque de clarté. "C'est un problème de discipline je suis désolé. Et à un moment il faut dire les choses très clairement de la part du gouvernement. Personne n'est au courant de rien, on prend tout dans la gueule, on le subit cela devient insupportable", a-t-il conclu.


L'annonce de ces nouvelles restrictions n'a pas agacé que le chef. La Maire de Marseille, Michèle Rubirola, a elle aussi fait part de sa colère sur Twitter. "J'apprends avec étonnement et colère une décision pour laquelle la Mairie de Marseille n'a pas été consultée. Rien dans la situation sanitaire ne justifie cette annonce. Je n'accepte pas que les Marseillais soient victimes de décisions politiques que personne ne peut comprendre", écrit-elle.