Quand on rentre dans le milieu politique, on ne se fait pas que des amis, même au sein de son propre parti. La famille Clinton le sait très bien. Bill et Hillary ont ainsi eu l'idée de dresser une liste noire de ceux qui ont préféré soutenir Obama plutôt que leur clan lors des primaires démocrates en 2008.

Dans un article paru sur Politico, le journaliste américain Jonathan Allen explique le classement très particulier des Clinton, articulé sur une échelle de 1 à 7. En bas de l'échelle (1) figurent les alliés les plus sûrs, tandis que plus on monte, plus on a affaire à des "traitres".

Si l'idée de dresser une liste noire est fréquente aux Etats-Unis, le journaliste assure que celle de l'ancien président et son épouse mérite davantage de retenir l'attention. "A cause de leur popularité et des positions qu’ils ont occupées, ils ont plus de pouvoir pour récompenser et punir que n’importe qui d’autre dans la politique moderne", comme le traduit Slate.

Qui sont les "traîtres"?

Ce que tout le monde est impatient de découvrir évidemment, ce sont les noms qui figurent parmi les ennemis de la famille Clinton. Jonathan Allen en présente quelques-uns. En 7 sur l'échelle, on retrouve ainsi l'actuel secrétaire d'État John Kerry qui avait déclaré lors des primaires de 2008: "Qui mieux que Barack Obama pourra apporter une nouvelle crédibilité au rôle des États-Unis dans le monde, et nous aider à restaurer notre autorité morale ?". Un discours qui est visiblement resté en travers de la gorge de Bill et Hillary.

Autre personnage que les Clinton ne portent pas dans leur coeur : Claire McCaskill. La sénatrice avait déclaré en 2006 à propos de l'ancien politicien: "Il a été un grand Président, mais je ne veux pas voir ma fille à côté de lui."

D'autres noms et révélations devraient être mis au jour par le journaliste lors de la publication de son livre HRC [Hillary Rodham Clinton]: State secrets and the rebirth of Hillary Clinton, prévue le 11 février prochain aux USA.