La tête plus reposée, Stéphane Bern n'a pas changé de ligne de conduite au sujet des Sussex. Déjà véhément à l'égard de Meghan Markle, qu'il n'a pas hésité à qualifier de "pauvre petite fille riche", et du prince Harry au lendemain de leur interview du 7 mars, le présentateur de Secrets d'histoires a réitéré son point de vue du côté de Madame Figaro. Et il est toujours aussi tranché.

"Les plaintes de ce couple paraissent en décalage"

L'animateur de 57 ans a d'abord dénoncé ce qu'il estime être une contraction de longue date du couple avant de pointer du doigt un contexte malheureux. "J’ai du mal avec l'idée de faire des confessions à la télévision, tout en attaquant les journaux anglais sous prétexte qu’ils parlent de votre vie privée. Je trouve également un peu déplacé de se répandre ainsi alors qu’il y a des millions de morts dans le monde, que le Royaume-Uni est le pays le plus touché par la pandémie en Europe et que le prince Philip est entre la vie et la mort", a-t-il estimé dans ce long entretien. Un certain malaise, voilà ce qu'il semble avoir ressenti en regardant l'interview avec Oprah Winfrey. "Les plaintes de ce couple paraissent complètement en décalage, hors sol, par rapport au monde dans lequel nous vivons. Avec leur villa de 12 chambres et 14 salles de bains, j’ai du mal à pleurer sur leur compte et sur les querelles entre Meghan et Kate au sujet des robes des demoiselles d'honneur".

Harry, "terriblement pathétique"

Pour Stéphane Bern, les Sussex, et particulièrement le prince Harry, ne peuvent pas se plaindre à ce point de leur sort, dont la perte de leurs titres royaux. "On a envie de lui dire, 'vous êtes partis, vous avez quand même une jolie fortune, ne vous étonnez pas qu’on vous prive de titres alors que vous faites du business". Il fallait, sinon, rester dans le cercle royal et vivre aux frais du contribuable. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la reine", a-t-il déclaré au magazine français, faisant allusion aux juteux contrats signés avec Netflix et Spotify dès la mise en place du "Megxit". "J’espère qu'Harry l’aimera suffisamment pour accepter tout ça, car c’est quand même assez violent. Je trouve qu'il est terriblement pathétique au fond, parce qu'il va finir comme un roi à New York", a-t-il ajouté perplexe.

Entre-temps, de nombreuses personnalités ont affiché leur soutien à Meghan et Harry. De Beyoncé à Hugh Jackman en passant par Serena Williams, tous ont salué leur "courage".