People & Royals Steve Jobs "le visionnaire" continue à faire parler de lui après sa mort d'un cancer en 2011. Selon son ex-compagne Chrisann Brennan, le fondateur d'Apple n'était pas qu'un génie...

Chrisann Brennan vient de publier ses Mémoires («The Bite in the Apple: A Memoir of My Life With Steve Jobs», Croquer dans la pomme: Mémoires de ma vie avec Steve Jobs). Elle y fait des confidences surprenantes, selon des extraits révélés par le quotidien suisse Le Matin. Chrisann Brennan se souvient d'un être "méchant", voire "fou".

Steve Jobs et Chrisann Brennan - Twitter


Une rencontre, un enfant, un calvaire

Chrisann Brennan a connu Steve Jobs en fin d'adolescence. Les deux tourtereaux sont sortis ensemble en 1972, alors qu'ils n'avaient que 17 ans. C'est elle que le "visionnaire" fréquentait quand il a fondé Apple en 1976. Ils auront un enfant, Lisa, en 1978. Une naissance qui marquera à jamais la vie de Chrisann Brennan.

Steve Jobs décida en effet d'abandonner sa compagne enceinte, refusant de reconnaître la paternité de l'enfant. Le fondateur d'Apple, pour se défendre, utilisa même le prétexte de "l'impuissance". "Il m’a dit que c’était comme si je lui volais ses gènes", confie son ex dans ses Mémoires.


L'ambition, toujours l'ambition

Steve Jobs finit par se plier à un test de paternité mais jamais il ne témoignera de l'affection envers sa fille et son ex-compagne. "Le génie des affaires, qui commençait à gagner beaucoup d’argent, ne donnait pour l’entretien de sa fille que le minimum, soit 500 dollars par mois, me laissant me débrouiller avec l’aide sociale pour élever notre enfant", assure Chrisann Brennan.

Les raisons de ce comportement égoïste? Son ex les place dans l'ambition démesurée du "visionnaire". "Son comportement ne s’est pas amélioré avec le succès: il est juste passé de puéril et abruti à complètement vicieux… Je comprenais désormais que Steve apprenait à devenir plus puissant en rabaissant les autres… C’était une nouvelle forme de mesquinerie… C’était méchant et je me sentais rejetée."

Un voyage en Inde et une rencontre avec un gourou ne l'auraient pas aidé non plus. Jobs en serait revenu "spirituellement très avancé mais sous-développé émotionnellement", selon son ex-compagne.


Ces témoignages illustrent clairement la souffrance de la première petite-amie du fondateur d'Apple, devenue depuis lors peintre et designer graphique. Mais il faut tout de même rester prudent vis-à-vis de ses dires, d'autant plus que Steve Jobs n'obtiendra plus de droit de réponse...