Il y a presque deux semaines maintenant, Le Parisien dévoilait que Patrick Poivre d'Arvor était sous le coup d'une enquête pour viols, après une plainte déposée par l'écrivainre Florence Porcel. L'affaire fait grand bruit depuis, entre les témoignages incriminant PPDA et ceux le défendant. Parmi ces derniers, Jean-Pierre Pernaut a pris la parole sur RMC mardi, dénonçant le traitement "lamentable" de l'affaire dans la presse.

Il a déclaré que Le Parisien, dans son article sur le sujet, "cite des journalistes de TF1 qui n'ont pas connu cette époque, ou pratiquement pas". "C'est un mensonge total", a même affirmé l'ex-présentateur du 13h de TF1, revenant sur les dires d'une source qui prétendait qu'on conseillait aux jeunes journalistes de ne pas prendre l'ascenseur avec Patrick Poivre d'Arvor. 

Sur Twitter, Cécile Delarue, journaliste chez TF1 durant les années où Florence Porcel aurait été victime de PPDA, a répondu à Jean-Pierre Pernaut. "J’ai travaillé à la rédaction de TF1 à cette époque. J’ai toujours soigneusement évité l’ascenseur parce que j’avais peur d’y croiser Poivre. J’ai rasé les couloirs, fait demi tour en l’apercevant, craint d’être appelée par ses secrétaires dans l’interphone, fuit les conférences de 20h", a écrit Cécile Delarue, ajoutant qu'elle est "loin d'être la seule" à avoir agi de la sorte.