"J’avais peur de dormir la nuit." Si le confinement a peut-être pu avoir du bon pour certains, celui de Christina Ricci a tourné au cauchemar. Six mois après sa demande de divorce, l'actrice de Sleepy Hollow en a fait le récit dans l'espoir de mettre un terme à sa relation abusive avec James Heerdergen pour de bon. Comme le révèle TMZ, l'Américaine de 40 ans a obtenu une ordonnance de protection à l’encontre du producteur ce 20 janvier.

Selon elle, les violences physiques et psychologiques ont commencé dès 2013. "Il me disait que la seule façon pour lui de se sentir désolé pour moi était si un jour je me retrouvais démembrée en plusieurs petits morceaux. Cette nuit-là, j’ai caché tous les couteaux de la cuisine de l’endroit où nous séjournions. J’ai eu peur pour ma vie, pour la vie de notre fils. J’ai dormi dans une chambre à part avec Freddie, et j’avais fermé la porte à clé", se souvient-elle.

Après des années rythmées par des disputes, le confinement lié à la pandémie de Covid-19 a fait dégénérer la situation, marquée par la terreur instaurée par son mari "24h/24". "Il m’a attrapée par les poignets et les mains, m’a traînée par terre et a cogné mon corps dans la cheminée extérieure. J’ai eu des coupures, des bleus et des douleurs à la hanche, des blessures dont je souffre encore aujourd’hui", déclare-t-elle à propos d'un événement traumatique survenu au début du mois de juin 2020. Quelques semaines plus tard, elle prenait la décision de divorcer après un énième acte odieux de James Heedergen, qui nie en bloc toutes ces accusations.