Royals

La naissance lundi du bébé du prince Harry et Meghan offre un nouvel élan à l'héritier du trône britannique, le prince Charles, qui prend chaque jour davantage le relais de sa mère Elizabeth II.

A 70 ans, Charles est désormais à la tête d'une dynastie forte de ses deux fils et quatre petits-enfants, ce qui permet à son clan d'occuper les sept premières marches vers la couronne.

Avec leurs épouses respectives, lui et ses fils forment de plus en plus le noyau dur de la famille royale, faisant de l'ombre à ses frères les princes Andrew et Edward et sa soeur, la princesse Anne.

"Ceux qui sont vraiment aux commandes et font l'essentiel du travail, c'est la famille de Charles", déclare à l'AFP la biographe royale Penny Junor. "William et Harry sont maintenant des royaux à plein temps. Et ils ont tous les deux des épouses qui travaillent pour la firme familiale, on va les voir de plus en plus."

Pour sa part, le prince Charles est très actif dans les domaines qui le passionnent comme le changement climatique, l'urbanisme ou l'aide aux jeunes défavorisés.

Le futur monarque affirme souvent que son activisme est lié au fait qu'il ne veut pas que ses petites-enfants lui reprochent de ne pas avoir agi tant que c'était possible, sachant qu'une fois devenu roi il sera tenu à un devoir de réserve.

Le visage du Royaume-Uni 

La reine Elizabeth elle-même avait signifié que l'avenir de la monarchie était aux mains de Charles et son clan en 2012, lors de la clôture de son Jubilé de diamant, marquant les 60 ans de son règne.

Au lieu de voir l'ensemble de la famille Windsor émerger sur le balcon du palais de Buckingham, seule la souveraine, Charles et sa famille sont apparus pour saluer la foule.

Si le changement intervient à pas de tortue, Elizabeth II a graduellement diminué sa charge de travail au cours des dernières années.

Elle a cessé ses voyages vers des destinations lointaines après 2011 et n'a pas quitté le Royaume-Uni depuis 2015. A sa place, ce sont Charles et son épouse Camilla qui effectuent des quasi-visites d'Etat.

William et son épouse Kate ont aussi entrepris quelques voyages importants tandis que Harry et Meghan, qui se sont mariés en mai 2018, ont effectué deux tournées à l'étranger.

Les trois couples constituent ainsi de plus en plus le visage de la monarchie britannique à l'extérieur du Royaume-Uni.

 L'ascension de Charles et co

Autre signe qui ne trompe pas, Charles remplace désormais Elizabeth II lors de l'hommage rendu aux soldats britanniques tombés à la guerre et l'accompagne lors de l'ouverture des sessions parlementaires, deux moments annuels clés de la monarchie.

Et l'an dernier, les dirigeants du Commonwealth sont tombés d'accord pour que Charles succède, le moment venu, à sa mère à la tête de l'organisation qui regroupe 53 Etats anciennement colonisés par les Britanniques.

Les engagements officiels d'Elizabeth II sont passés de 425 en 2012 à 283 l'an dernier, dont la plupart se déroulent entre les murs de son palais.

Charles est celui qui a effectué le plus d'engagements parmi les membres de la famille royale en 2018, suivi par ses frères et sa soeur.

William, Kate, Harry et Meghan viennent bien derrière mais cela devrait changer au cours des prochaines années.

Et Charles ne veut pas partager le devant de la scène. Les tentatives d'Andrew de s'immiscer et de voir accorder des rôles de premier plan à ses filles les princesses Beatrice et Eugenie a fait chou blanc.

"Il a essayé mais le prince Charles s'est montré intraitable", souligne Penny Junor.