Rando, vélo, astro...

Le Queyras abrite la plus haute commune d'Europe: Saint-Véran. Au coeur du village, `L'Astragale´, hôtel de charme, propose d'intéressantes formules découverte de la région

Rando, vélo, astro...
©www.astragale.queyras.com
ANNICK HOVINE,

À SAINT-VÉRAN

Ne vous avisez pas de contester à Saint-Véran le titre de plus haute commune d'Europe: tout habitant de cet adorable village du Queyras froncera immédiatement le sourcil, voire prendra la mouche... Saint-Véran, `là où le coq picore les étoiles´, se niche à 2 042 m. La balade dans ses rues étroites enchante. Entre les maisons du passé arborant avec fierté leur `fuste´ (partie supérieure formée de troncs de mélèzes), les cadrans solaires, les fours à pain et les fontaines, on découvre autant de témoignages de son riche passé.

Alentour, les montagnes culminent à plus de 3 000 mètres. Domaine rêvé pour les skieurs, la plus haute (encore!) vallée des Hautes-Alpes attire d'abord les amoureux de la nature. Comme dans les autres vallées, l'agriculture et l'élevage en déclin ont progressivement dépeuplé le coin. Comme ailleurs, les Saint-Vérannais ont essayé de faire du tourisme une activité dominante. Les habitants ont aménagé des gîtes ruraux dans leurs fermes, ouvert des chambres d'hôtes, créé des pensions ou des petits hôtels. Mais Saint-Véran (et ses 270 habitants) ne veut pas renoncer à son identité, fût-ce pendant la `haute saison´, quand la commune grossit de 1 800 personnes.

En grimpant dans le haut du village, en face de l'église, on accède à `L'Astragale´ - du nom d'une petite plante aussi appelée fausse réglisse. Ce petit hôtel de charme s'affiche `passionnément nature´. Balcons de bois, déco recherchée et confort technologique, table savoureuse, sauna et piscine couverte: une adresse toute douce qu'on a presque envie de garder pour soi... `L'Astragale´ propose, selon les saisons, une série d'activités au coeur du Parc naturel du Queyras: ski, balades à cheval, randonnées pédestres ou en peaux de phoque, VTT ou découverte en raquettes, traîneaux à chiens, canoë et rafting, parapente...

Dans le nouveau Parc des Amoureux, les amateurs de sensations fortes peuvent s'initier au `Paf´ - pour `parcours acrobatique en forêt´. A cinq mètres de haut, sanglé dans un baudrier, on passe de pin cembro (l'arbre du Queyras) en mélèze, en cherchant son équilibre sur de fines passerelles, en enjambant l'un ou l'autre pont de singe. À moins de se laisser glisser le long d'un câble au cours d'une vertigineuse `tyrolienne´. Emotion garantie.

Changement de décor: l'observatoire de Châteaurenard, à 3 000 mètres d'altitude. Les marcheurs, avérés ou non, trouvent une sérénité infinie à rejoindre à pied (3 heures), au soleil couchant, la grande bulle de fer. Il doit faire nuit noire pour observer étoiles et galaxies lointaines à travers de puissants télescopes. `L'Astragale´ organise des semaines découverte de l'astronomie (de 440 à 470€, tout compris, par personne et par semaine).

Les plus aventureux préféreront peut-être l'équipée en traîneau à chiens. En une semaine, Jean-Noël Auxiette, le patron de l'`Astragale´, invite à découvrir le parc du Queyras, emmenés par de splendides chiens esquimaux du Groenland (830 €). Les touche-à-tout peuvent trouver leur compte lors d'une semaine multi-activités (ski, chiens de traîneaux, raquettes...), en fonction des goûts (de 690 à 750 €).

Pour les frileux qui rêvent déjà de l'été, des semaines à thèmes sont programmées du 16 juin au 31 août 2002. Comme cette découverte sportive du Queyras en VTT, raft, parcours Indiana Jones, escalade et équitation (de 580 à 630 €).

Ah!, on allait oublier. Si vous passez dans le coin, ne ratez pas le détour par la `Maison d'Elisa´. Dans cet improbable restaurant qui tient à la fois de la cuisine, du grenier et de la grange, Marie, la soixantaine, pique la curiosité avec son coquelet malgache ou son porc créole retour d'Inde: `Ça m'amuse plus que la Blanquette de veau´. Et l'étrangeté des recettes culinaires n'a rien à envier aux interminables histoires racontées par Marie qui se pique d'avoir, devant la maison, `le tas de fumier le plus photographié de France´.

© La Libre Belgique 2002


Carnet de voyage `L'Astragale´ ***, hôtel de charme, à Saint-Véran propose une vingtaine de chambres, dont les plus belles ont une vue imprenable sur la montagne. Tél.: 00.33.4.92.45.87.00. Le patron, Jean-Noël Auxiette, un amoureux du Queyras, répond lui-même à toutes les demandes d'info. Adresse e-mail: astragale@queyras.com. Pour s'y rendre, le plus simple, c'est de prendre le train de nuit direct depuis Paris (10 heures de trajet). Des navettes attendent les hôtes de `L'Astragale´ à chaque train qui arrive en gare de Guillestre-Mont-Dauphin. `La maison d'Elisa´, au Raux de Saint-Véran. Pour une pause culinaire étonnante, tant pour les papilles que pour les méninges. Il suffit de demander à Marie de raconter une histoire... © La Libre Belgique 2002

Sur le même sujet