Mystérieuse Egypte

Des sombres ruelles du vieux Caire aux impressionnantes allées de son musée, en passant par la majesté des pyramides et la magnificence des grands fonds de la mer Rouge... L'histoire et la culture du pays du papyrus fascinent depuis la nuit des temps. Itinéraire avec escale par les souks du Bazar de Khan El Khalili.

Mystérieuse Egypte
©
PAR MONIQUE BAUS

Les Egyptiens conduisent comme des fous! C'est la première chose qu'on remarque dès qu'on quitte l'aéroport du Caire. `La conduite au klaxon...´, plaisantera ce chauffeur. Mais c'est vrai. L'engin sonore a, à chaque manoeuvre, tendance à remplacer le clignotant voire le code de la route. Celui qui fait le plus de bruit passe. Il suffisait d'y penser. Leçon numéro un: préférer le (bon marché) taxi à la voiture de location, même quand on croit avoir l'habitude des embouteillages!

TERRE DE CONTRASTES

Dès que nos yeux exorbités s'arrachent de l'aller-retour entre le tableau de bord, les chauffards environnants et les (rares) signaux de circulation, le charme opère. Leçon numéro deux: au placard, nos préjugés d'Occidentaux bien dressés. Il faut faire confiance (zen...) et se laisser envahir.

A petit effort, grande récompense, d'ailleurs. Car la capitale, comme toutes les mégalopoles, se savoure mieux par contrastes. Pour répondre à la sauvagerie de la circulation, par exemple, la douceur imposante du Nil. Dès qu'on sort du centre ville, en effet, le fleuve est bordé par les habitations sommaires des paysans cultivant leurs lopins. Juste derrière, c'est le désert. Le seul trajet du centre vers les pyramides de Guizeh suffit pour mesurer l'importance du fleuve dans ce pays désertique. Trajet pas bien long d'ailleurs. C'est une autre grande découverte: ceux qui s'imaginent Khéops, Khéphren et Mykérinos en pleins sables se gourent: elles trônent aux portes de la ville. Par temps clair, on les aperçoit des fenêtres des grands hôtels, tous regroupés sur la même rive du Nil.

Parmi les visites conseillées par tous les guides, ne manquez pas le Bazar de Khan El Khalili. Bon, d'accord, ce sont des souks. Moins grands, sans doute, que ceux de Marrakech, par exemple. Mais rigolos, si vous aimez marchander en faisant du shopping. Les plus `cultureux´ préféreront déambuler dans le vieux Caire. A voir: mosquées, synagogues et églises, vieille porte moyenâgeuse, citadelle de Saladin. Leçon numéro trois: prêtez-vous aux coutumes du pays: le bakchich (quelques pièces sont réclamées partout, pour une photo ou juste comme ça...), le foulard dans les édifices religieux et des pauses-détente à volonté, agrémentées de l'une ou l'autre spécialité comme le café à la cardamome ou la pipe de tabac aux fruits.

TRÉSORS DES PHARAONS...

Le Musée égyptien du Caire est incontournable. Il se situe aujourd'hui encore dans le centre. Un projet de déménagement sur le site de Guizeh fait beaucoup de bruit. L'avantage serait de désengorger le trafic, mais au prix d'une énorme perte de charme et non sans risque de détériorer (ou perdre) l'une ou l'autre de ces merveilleuses pièces sur le parcours. Dans les allées, novices ou égyptologues trouveront leur plaisir. Leçon numéro quatre: si vous manquez de temps, ciblez votre parcours plutôt que de vouloir tout faire. Ainsi, ne ratez pas les trésors de Toutankhamon (le seul tombeau découvert intact: faites- vous ra- conter les détails de cette histoire!) ou la salle des momies.

... ET LÉGENDE DES PYRAMIDES

Les pyramides demeurent aux yeux de certains l'un des plus grands mystères de l'humanité. Leur visite (le groupe des trois de Guizeh et la pyramide à degrés de Djoser à Sakkara, au minimum) est évidemment incontournable. Mais pas sans bagage. Leçon numéro cinq: pour profiter de votre séjour, lisez avant de partir (`Les Pyramides d'Egypte´, IES Edward, Livre de Poche, `L'Egyptomanie, une imposture´, Roger Caratini, Albin Michel, ou quelques romans d'auteurs tels que Christian Jacq, Gilbert Sinoué ou Naguib Mafouz). Et prenez la peine de rentrer dans les couloirs étouffants de ces mystères d'architecture en laissant dévier votre imagination, riche des infos puisées dans les bouquins.

L'ESSENTIEL EST CACHÉ

Une seule heure d'avion sépare Le Caire de Sharm-El-Sheikh, sur la mer Rouge, clôture idéale d'un mini-trip essentiellement urbain. Une croisière propose une détente bienvenue et un aperçu inestimable des fonds marins, même pour les non-plongeurs (trois ou quatre promenades de snorkeling - masque et tuba - sont prévues dans la journée, interrompues d'un lunch convivial). Conclusion: les Egyptiens ont coutume de dire que leurs plus grands trésors se trouvent encore sous la surface (du béton, du sable ou de l'eau). Allez-y voir!

Entrée pyramides: 20 livres, son et lumières: 44 livres, musée du Caire: 20 livres, croisière mer Rouge lunch compris: 120 livres.

© La Libre Belgique 2002


CARNET DE VOYAGE Y aller? Vols directs à destination du Caire à partir de toutes les grandes villes et vols charters vers les aéroports régionaux comme Sharm. Quand? Le Caire: de novembre à avril, les journées agréables - de 19 à 28°C - sont idéales pour la visite (les nuits restent fraîches). Après, les grosses chaleurs (jusqu'à 35°C) sont oppressantes. Mer Rouge: agréable toute l'année (mais grande chaleur de juin à septembre et eau encore fraîche de décembre à mars). La livre égyptienne est divisée en cent piastres (une livre = 0,23 €) et s'échange sur place contre US dollars ou euros. Formalités. un passeport valable au moins six mois après la date de retour est exigé, de même qu'un visa (on l'achète sur place 11 dollars ou 12,43 €). Aucun vaccin n'est obligatoire pour les voyageurs en provenance d'Europe. Notez le décalage horaire à GMT +2. © La Libre Belgique 2002

Sur le même sujet