Effet 11 septembre

A. Ma.

Echaudés par un 11 septembre qui a ébranlé le monde aéronautique aussi bien que bousculé celui du tourisme, mis à mal par une conjoncture économique peu favorable et une situation tendue au Moyen-Orient, les professionnels du secteur en Belgique ont accusé le coup pendant l'hiver dernier que l'on peut qualifier de `glacial´ tandis que l'été s'annonce encore assez `tiède´. Les vacanciers belges potentiels ont en effet préféré geler leurs déplacements en attendant le retour d'un certain calme, ou partir moins loin et moins longtemps.

Du côté des voyages organisés, pour la première fois depuis une dizaine d'années, l'Association belge des tour-opérateurs (ABTO) - qui représente 90 pc des voyages organisés qui, eux-mêmes, représentent un voyage sur trois -, a noté un nombre de vacances en baisse de 12,5 pc par rapport à l'hiver précédent.

Depuis, le secteur sort de l'ornière avec des réservations estivales en retard de 15,5 pc fin janvier et de 6,6 pc fin mars (sachant qu'entre novembre et mars s'effectuent traditionnellement 50 pc des réservations pour la belle saison) et de 5,5 pc depuis lors. Tout le contraire de l'été 2001 qui avait commencé en fanfare!

Pour l'ABTO (qui regroupe, notamment, les `gros´ comme JetAir, Thomas Cook, Best Tours, Nouvelles Frontières, Club Med), la prise de décision tardive se fait de plus en plus forte en ce qui concerne les vacances. `Cela ne veut pas dire que le Belge attend spécialement les promotions mais qu'il est sensible à une plus grande flexibilité´, explique-t-on à l'ABTO.

ISRAËL ET JORDANIE `OUT´

Pratiquement, les vacances en voiture, qui ont toujours la préférence du public, enregistrent une augmentation de 2,2 à 2,5 pc avec, dans le groupe des favoris, l'Italie, l'Espagne, l'Autriche, l'Allemagne et, plus en pointe, le Portugal, la Croatie et la Hongrie.

Côté des réservations de vacances en avion, le retard est encore d'environ 9 pc. En court et moyen-courrier, on peut oublier Israël et la Jordanie, qui ont complètement disparu de la carte à l'heure actuelle. Tant qu'il y aura des problèmes dans la région, les clients ne reviendront pas. Egypte, Tunisie, Turquie, Maroc et Chypre ont souffert ces derniers mois, au contraire de la Bulgarie en forte croissance avec des infrastructures rénovées qui font le plein et des tarifs très compétitifs. En forme aussi, l'ex-Yougoslavie, le Portugal et Malte. En long-courrier, les Caraïbes, une fois de plus, tirent bien leur épingle du jeu (à l'exception de Cuba), avec une fréquentation en hausse de 10 pc.

Ces résultats sont dans la moyenne européenne, souligne-t-on à l'ABTO. On parle de 20 pc de retard dans le clan des pays scandinaves, de 15 pc en Grande-Bretagne (la livre reste chère) et de 6 à 8 pc en Allemagne.

Au-dessus du lot, par contre, les Pays-Bas, `qui marchent mieux sans pour autant crier victoire´, analyse Wim Desmet, vice-président de l'ABTO et vice-président exécutif de Thomas Cook en charge des marchés de l'Europe de l'Est et de l'Ouest.

© La Libre Belgique 2002