Splendeurs coloniales d’un Mexique méconnu

On sait que le Mexique est réputé pour ses sites archéologiques et ses plages de sable blanc. Mais saviez-vous qu’ à deux ou trois heures de la capitale gisent des joyaux à portée de main pour qui veut découvrir le "vrai Mexique " ? Balade latine.

mexique
©D.R.
Texte et Photos: Caroline Chapeaux, au Mexique

Loin des touristes ou des clichés, le "vrai Mexique" est à la portée de celui qui prend le temps de sillonner les environs de la capitale. A deux ou trois heures de route de Mexico, Queretaro, Guanajuato et San Miguel de Allende restent ignorées des voyageurs pressés. Elles ont pourtant hérité d’un patrimoine architectural remarquable.

Au carrefour des convoitises, ces trois grandes cités doivent leur splendeur et leur prospérité à l’abondance de leurs mines d’argent. A partir du XVIe siècle, les colons espagnols y amassèrent des fortunes et, dans leur ambition, y construisirent des milliers de cathédrales, de monastères, de riches demeures et d’églises baroques sublimes. Tour à tour, les trois villes sont entrées sans surprise dans la cour des grandes : la liste du patrimoine mondial de l’Humanité.

A l’écart des plages du sud mexicain, c’est dans un dédale de ruelles tortueuses que l’on vous emmène pour une charmante balade latine. En route vers des cités débordantes d’art, de vie et de couleurs qui raviront les amateurs d’histoire.


Queretaro, un art de vivre

mexique
©D.R.


19h. Sur la place de Queretaro, de vieux couples à la peau ridée, mains dans les mains, esquissent des pas de danses comme on en voyait il y a cent ans. La musique jouée à tue-tête ne semble pas perturber l’homme allongé sur un banc qui ronfle aussi fort qu’il s’est enivré. Un politicien local scande ses slogans dans un haut-parleur tandis que dans un même brouhaha des baffles crachent le célèbre refrain "We will rock you" de Queen. Autour du kiosque, des gamins s’amusent en jouant à la corde à sauter. Des couples s’enlacent, parmi les cireurs de chaussures et les vendeurs de barbe-à-papa. Ici, la cacophonie se mêle à un tableau paisible; elle en devient douce à l’oreille… Ce qui surprend à première vue, c’est la vie intense qui transpire de chaque pore de la ville. Querétaro reflète, à elle seule, la personnalité du Mexicain : fêtarde, gourmande, chaleureuse, attachante. Elle est aussi profondément croyante, avec son avalanche d’églises.

A voir absolument : Le jardin Zinea. Les temples de Santa Clara, Santo Domingo, Santa Rosa de Viterbo, San Agustin. Le Museo del Arte. La Casa de los Corregidores. Le Teatro de la Republica.

Où loger ? A l’Hotel Quinta Santiago : www.hotelquintasantiago.mx

Où manger ? Au Tata Mezcaleria. Le chef Fermin y propose des créations uniques et savoureuses avec des produits 100 % locaux : www.tatamezcaleria.com


Guanajuato, l’héritière souterraine

mexique
©D.R.


Sur la route de l’argent, Guanajuato était le principal centre minier de l’époque coloniale. Elle en a gardé un raffinement architectural unique, vestige de trois siècles d’occupation espagnole. D’églises baroques en haciendas, la cité n’a rien perdu de ses trésors. Aujourd’hui, elle abrite l’une des plus grandes universités du pays et son centre reste animé de jour comme de nuit. Sur ses places à la nuit tombée, les mariachis chantent aux terrasses des cafés. Mais la plus grande fête a lieu chaque année au festival des arts et de la culture "Cervantino", l’un des plus importants dans son genre en Amérique latine.

Guanajuato cultive encore bien d’autres singularités : multicolore, la cité est véritablement enchâssée entre les collines. Ses ruelles sont si étroites que l’on peut s’y embrasser d’un balcon à l’autre, comme au Callejon del Beso, la "ruelle du baiser". Sous terre, elle est labyrinthique et on s’y déplace loin des piétons, à travers une multitude de tunnels.

A voir absolument : Mine La Valenciana, le Musée des Momies, le callejon del Beso, la Basilique Colegiata, le jardin de la Union.

Où dormir ? Meson de los Poetas : www.mesondelospoetas.com

Où manger ? Le restaurant sur les toits de l’hôtel Boutique 1850 : www.hotel1850.com


San Miguel de Allende, l’artistique

mexique
©D.R.


Fondée par un moine franciscain en 1542, San Miguel conjugue son patrimoine historique unique à une atmosphère artistique très contemporaine. Depuis qu’un peintre nord-américain y a créé l’Instituto Allende, une école d’art désormais réputée, un flot d’autres peintres, de graveurs et d’écrivains s’y est installé. Plus récemment, la ville est aussi devenue un paradis pour les retraités yankees. Des artistes ou "pseudo-artistes" venus ouvrir des galeries d’art dans la ville, ou simplement écouler des jours tranquilles. Classée par certains comme l’une des villes les plus agréables à vivre au monde, San Miguel bouillonne sans perdre sa douceur de vivre, avec ses rues pavées, ses patios aux couleurs ocre, ses bars et ses restos branchés. Le charme opère très vite !

A voir absolument : Les artistes du collectif La Aurora, la Parroquia San Miguel Arcangel, le vieux marché, l’Institut Allende, le sanctuaire de Atotolnico.

Où loger ? Au Belmont Casa de Sierre Nevada : www.belmond.com/fr/casa-de-sierra-nevada-san-miguel-de-allende

Où manger ? Au Nirvana, un peu à l’écart de la ville, dans un cadre bucolique : www.hotelnirvana.mx

Sur le même sujet