Voici la destination de voyage dont rêvent le plus les Belges

Anne Masset

Les Belges sont plus nombreux à souhaiter partir en vacances cet été qu'en 2016. Mais ils partiront moins longtemps. Et leur budget est à la baisse. En vogue: 68% des Belges ont déjà laissé une évaluation en ligne sur un logement, un restaurant ou autre. Et 30% ont déjà logé chez l'habitant.


Question : quelles sont les villes que vous voulez absolument visiter au moins une fois dans votre vie ? Première réponse des Belges : New York. Devant Rome et Barcelone, Londres, Paris ou Sydney. New York arrive également en tête du hit-parade des Européens, selon le 17e Baromètre des vacances d’Europ Assistance rendu public mardi. Celui-ci scrute année après année les intentions de voyages des Européens de 8 pays européens dont la Belgique, ainsi que des Américains et des Brésiliens (*).

1. 60 % des Belges déclarent qu’ils partiront en voyage cet été.

Soit une hausse de 13 points par rapport à l’année dernière, sachant que l’enquête avait été menée en 2016 juste après les attentats de Bruxelles. Ils étaient 57 % voici deux ans. Par vacances, on entend plus de 4 nuits consécutives et non professionnelles passées en dehors du foyer entre juin et septembre inclus. La hausse touche aussi bien les Belges qui n’envisagent qu’un seul séjour que ceux qui partiront plusieurs fois. Quant à la moyenne européenne, elle est, cet été, supérieure à la moyenne belge et s’établit à 63 %, en hausse de 9 points.

Cependant, le voyageur belge partira aussi moins longtemps cette année. 45 % déclarent vouloir s’évader maximum une semaine, un chiffre en belle croissance, et 35 % devraient partir 2 semaines (en baisse de 13 points).

2. Le budget est en baisse de 10 %.

Le budget familial "vacances" moyen des Belges pour cet été s’élève à 2 179 €, pour 2 412 € voici un an. "L’augmentation du nombre de personnes qui partiront en vacances et celle des séjours courts expliquent sans aucun doute cette baisse", indique Europ Assistance. Le budget moyen des ménages européens dans la zone euro diminue de 12 %, à 1 988 €. La baisse est généralisée dans les pays. Le budget belge est numéro 3, derrière l’Autriche (2 423 €) et l’Allemagne (2 297 €). Si l’on ajoute la Suisse, celle-ci passe en tête avec 2 802 €.

3. Où iront les Belges cet été ?

Les vacanciers belges privilégieront, un peu moins qu’en 2016, l’Europe. Ils devraient être 16 % à rester au pays, pour 9 % l’an dernier. "Est-ce parce que l’an dernier, beaucoup ne sont pas partis et ont "découvert" les beautés de leur pays ?", s’interroge Xavier Van Caneghem, porte-parole du groupe. Reste que cette augmentation est d’abord liée à la hausse du nombre de départs en vacances. En Europe, et hors Belgique, les Belges iront d’abord en France et en Espagne, toutes deux en hausse. Et le responsable de pointer, par ailleurs, la Grèce qui progresse à 7 %. Hors Europe, la Turquie se maintient à 2 %.

4. Quel type de destinations et quelles activités préfèrent-ils ?

Pour un Belge sur deux (56 %, en hausse de 2 points), le séjour à la mer reste le nec plus ultra en matière de vacances. Les autres opteront plutôt pour un voyage itinérant, devant des vacances à la campagne, en ville ou, enfin, à la montagne (17 %, en baisse de 8 points). Une fois sur place, un Belge sur deux prévoit de se relaxer, tout simplement. De se retrouver en famille ou entre amis ensuite ou de découvrir d’autres cultures. Lanterne rouge : faire du sport…

(*) L’enquête a été réalisée par Ipsos entre le 28 mars et le 21 avril 2017 auprès d’un échantillon de 8 000 Européens de 8 pays (1 000 par pays) : France, Allemagne, Autriche, Angleterre, Italie, Espagne, Suisse et Belgique. Ainsi qu’auprès de 1 000 Américains et 1 000 Brésiliens, deux pays importants pour Europ Assistance.

Voici la destination de voyage dont rêvent le plus les Belges
©IPM Graphics



Les évaluations en ligne ? Le troisième critère des Belges pour sélectionner leur logement

Outre la question de savoir dans quelle ville les Belges et les Européens aimeraient aller au moins une fois dans leur vie, le Baromètre a introduit une autre nouveauté cette année en s’interrogeant sur une tendance qui a, de plus en plus, pignon sur rue : les évaluations en ligne. Eh bien, les Belges ne sont pas en reste 68 % d’entre eux disent laisser une telle évaluation après avoir occupé un logement (hôtel, appartement, etc.), testé un restaurant, une attraction ou un moyen de transport. En Europe, ils dépassent les Français, les Autrichiens et les Allemands. Les Brésiliens sont les champions en la matière, certes, avec 81 %, devant les Américains (76 %).

Et puis, les Belges tiennent aussi compte de ces évaluations pour sélectionner leur logement. C’est même devenu leur troisième critère de sélection, après le rapport qualité-prix et la localisation de leur hébergement. C’est également le troisième critère des Italiens, des Britanniques, des Espagnols et des Français.

Pour ce qui est du choix de la destination, les critères les plus importants sont le budget et le climat (51 % chacun). Mais les risques d’une attaque terroriste arrivent juste derrière… (36 %) C’est même la deuxième préoccupation des Européens, derrière le budget. L’an dernier, les Belges, marqués par les attaques terroristes à Bruxelles, avaient choisi des pays plus proches (cette année, les destinations lointaines, hors Europe, sont en hausse), sans trop de risque, et avaient alors privilégié la qualité des infrastructures.

Loger chez l’habitant… ou dans une cabane

Au rayon des nouvelles tendances de voyage et de logement, on apprend aussi que près d’un Belge sur trois a déjà logé chez l’habitant, que ce soit en passant par une plate-forme de réservation ou non. Plus étonnant, un Belge sur 4 a déjà pratiqué le "camping primitif", sous tente et sans infrastructures spécifiques et 15 % sont adeptes du logement dans une cabane dans les bois. En outre, 17 % des Belges ont déjà expérimenté le "voyage autour du monde", entendez un même voyage dans différents pays sur plusieurs continents.


Les francophones partiront plus qu’au nord du pays

64 % des francophones ont l’intention de partir en vacances cet été, dépassant cette année les néerlandophones (57 %).

Les néerlandophones opteront plus souvent pour des vacances courtes d’une semaine maximum (48 %, en progression de 23 points !) que les francophones (42 %). En outre, ils sont moins influencés par le climat que les francophones.

La France, en hausse auprès des vacanciers belges, reste plus populaire au sud du pays qu’au nord : 44 % contre 20 % (à égalité avec l’Espagne). Et puis, les néerlandophones devraient plus volontiers rester en Belgique (18 %, + 6 points) que les francophones (14 %, + 8 points).

Le budget belge moyen diminue à 2 179 €, mais il diminue plus fort chez les néerlandophones, à 2 030 € (en chute de 17 %) qu’au sud du pays où il baisse de 3 % à 2 328 €. Il était plus élevé au nord qu’au sud l’an dernier.


Un Belge sur deux déconnecte complètement de son travail pendant ses vacances

48 % des Belges prétendent se déconnecter complètement de leur travail pendant les vacances. Un nombre en hausse de plus de 10 % par rapport à l’été dernier. Pour une moyenne européenne qui s’établit à 54 %.

Mais… 18 % des Belges avouent qu’ils continueront à consulter leurs e-mails professionnels pendant leurs vacances… sans forcément y répondre. Un chiffre en hausse de 4 % quand même.

Et puis, 9 % répondront quand même à leurs e-mails et/ou aux appels (en baisse de 2 %). Et 3 % continueront à travailler, ne fût-ce que de temps en temps, comme l’été dernier.

Ce qui fait qu’au total, 30 % des Belges garderont une connexion professionnelle pendant leurs vacances. Davantage que les autres pays européens (26 % en moyenne)… Bonnes vacances !