Au sud de Lyon, vers la Méditerranée : l’autre Vienne

Cette petite ville située au sud de Lyon le long de la mythique nationale 7 est l’étape idéale en route vers la Méditerranée.

Au sud de Lyon, vers la Méditerranée : l’autre Vienne
©GDM
Géry de Maet

Il y a la Vienne qu'on ne présente plus, capitale de la valse et berceau de Mozart. Mais il existe une autre Vienne plus proche de chez nous, située en France dans le département de l'Isère, un peu en dessous de Lyon. On la traverse via la célèbre Nationale 7 chantée par Charles Trenet qui emmenait jadis les voyageurs vers la Côte d'Azur. Aujourd'hui, l'autoroute a pris le relais et les touristes ont un peu délaissé Vienne même si elle demeure attractive et qu'elle représente une escale pour les bateaux de croisière qui descendent le Rhône vers Arles et la Méditerranée.

Cette petite ville de 30 000 habitants peut s'enorgueillir d'un passé vieux de 2 500 ans. mais c'est l'arrivée des Romains qui l'aura marquée d'une empreinte indélébile, un siècle avant que César ne déclenche la guerre des Gaules.

La situation de la ville au débouché des principales voies de franchissement des Alpes en faisait un point de contrôle idéal sur une partie de la vallée du Rhône.

Sous l'Empire romain, Vienne se développa comme une place-forte commerciale. C'est à cette époque qu'ont été édifiés le temple d'Auguste et de Livie, le théâtre et l'Odeon, une enceinte, le forum ou encore les thermes des Lutteurs dont il reste de nombreux vestiges.

Au sud de Lyon, vers la Méditerranée : l’autre Vienne
©GDM



Au sujet du temple d'Auguste et de Livie, les Viennois rapportent que lorsque Thomas Jefferson, un des pères de l'indépendance américaine, visita la France en 1784, il tomba en admiration devant l'édifice. Une fois président des États-Unis, il en fit construire à l'identique dans son pays, dont le célèbre Capitole de Washington.

Au Moyen-Âge, Vienne jouera encore un rôle historique important puisque c'est dans la cathédrale Saint-Maurice que se réunira à l'initiative du roi de France Philippe le Bel, le concile qui prononcera la dissolution de l'ordre des Templiers.

Riche de nombreux vestiges, Vienne n'est pas pour autant une ville-musée. Elle a réussi à concilier l'ancien et le moderne comme le symbolise chaque année "Jazz à Vienne", un des rendez-vous majeurs du jazz en Europe, avec 200 concerts et plus de 200 000 festivaliers qui se pressent dans les gradins du théâtre antique, un des plus grands de l'époque romaine. Un cadre prestigieux qui a vu se produire BB King, Muddy Waters, Fats Domino ou encore Miles Davis.

Vienne fait partie de l'agglomération de Vienne-Condrieu, un nom qui ne laisse pas insensible les amateurs de vin. Le Condrieu est en effet un des meilleurs – et des plus onéreux – représentants du vin blanc français. Son prix est justifié par la petite taille du vignoble ainsi que par les difficultés de récolte. Les vignes sont en effet situées sur un terroir aux versants abrupts aménagés en terrasses. L'essentiel du travail est réalisé à la main. Une bonne bouteille sera achetée environ 30 € chez le producteur alors que dans l'horeca en Belgique, elle atteindra facilement le double. Il en va de même pour le côte-rotie, un des crus les plus prestigieux du vignoble de la vallée du Rhône produit sur les communes d'Ampuis, de Saint-Cyr-sur-le-Rhône et de Tupin-et-Semons, en face de Vienne. Sa robe de couleur rubis, qui s'accompagne d'un nez de fruits rouges, avait déjà séduit l'incontournable Thomas Jefferson qui l'avait qualifié, voici deux siècles, de "meilleur vin rouge" de France, le Condrieu étant à ses yeux, cela va de soi, "le meilleur vin blanc".

Pour découvrir ces grands crus, deux rendez-vous étoilés agrémenteront votre passage à Vienne. Deux restaurants prestigieux mais accessibles dont les Chefs respectifs se montrent d'une simplicité désarmante, faisant eux-mêmes leurs emplettes matinales sur le Grand marché de Vienne, le deuxième plus gros marché permanent de France, riche en saveurs et en commerçants pittoresques.

Il s'agit du Domaine de Clairefontaine (*) géré par le Chef Philippe Girardon, qui se lève à 5h du matin pour aller aux girolles et trouve encore l'énergie pour faire visiter sa cave après le service du soir. Sa devise : "Le plus important est d'être près de sa terre et de sa famille."

L'autre adresse (**) est située au centre de Vienne. Elle s'appelle La Pyramide et est dirigée depuis 31 ans par Pascale et Patrick Henriroux. À l'entrée se situe une pyramide de 25 mètres de haut, unique monument antique égyptisant encore debout en France. Impossible de la manquer. Hôtel quatre étoiles, restaurant gastronomique, bistrot, ce Relais et Châteaux n'a de cesse de se remettre au goût du jour sans jamais renier son riche passé, lui qui a vu défiler des stars comme Clark Gable et Rita Hayworth ou James Brown qui avait réservé deux appartements lors de sa venue au festival de jazz en 1996 : un pour lui, un pour ses bagages !

Et pour terminer sur une note nostalgique – et dans des prix plus démocratiques – mentionnons le Relais 500 à Chonas-l'Amballan, un motel idéalement situé pour passer la nuit en route vers la Méditerranée ou la Côte d'Azur, dont le nom renvoie tout simplement au km 500 de la fameuse Nationale 7 qui se trouve en face de l'établissement.

5 bonnes raisons d'aller à Vienne

Le musée gallo-romain

Situé sur la rive gauche du Rhône, le musée Gallo-romain de Vienne est tout bonnement l’un des plus importants d’Europe. Sur sept hectares, ce vaste ensemble transporte les visiteurs dans une des plus riches cités de la Gaule romaine. Le musée livre au sein d’une architecture résolument contemporaine un panorama complet de la vie quotidienne au cours des premiers siècles de notre ère.

La colline de pipet

Il faut gravir ses 235 mètres pour découvrir la plus belle vue panoramique sur Vienne. Le belvédère, dominant le Théâtre antique, accueille la chapelle Notre-Dame de la salette

Le théâtre de vienne

C’est à l’emplacement de l’ancien Hôtel de Ville devenu trop vétuste et sur un site archéologique gallo-romain que Pierre Schneyder a construit en 1782, à ses frais, une salle de spectacle polyvalente. D’autres campagnes de travaux et d’embellissements transformèrent le lieu en théâtre à l’italienne de 350 places environ. Il programme un répertoire contemporain et classique et du théâtre de création.

Le musée archéologique Saint-Pierre

Un musée lapidaire est un musée dont les collections sont principalement constituées de pierre. Celui de Vienne, situé dans l’église de l’ancienne abbaye Saint-Pierre, est un des plus importants de France. L’époque gallo-romaine est représentée à travers des sculptures, sarcophages antiques, amphores et autres décorums domestiques et funéraires.

Le centre historique

En dehors de ses vestiges, Vienne demeure une ville très vivante aux nombreux commerces qui agrémentent le centre historique. L’occasion de se détendre entre deux visites de monuments et de constater que la ville fière de son passé n’en demeure pas moins profondément ancrée dans son époque.

Comment aller à vienne

En train :

C’est le moyen le plus facile. Un TGV conduit de Bruxelles-Midi à Lyon en quatre heures. De là, un Ter vous emmène à Vienne toutes les heures.

En voiture 

: l’autoroute du Sud est bien connu des automobilistes depuis des décennies.

Se renseigner :

Vienne Condrieu Tourisme

www.vienne-condrieu.com 00.33.04.74.53.70.10

Isère Attractivité Tourisme  isere-tourisme.com 00.33.04.76.00.33.82

Au sud de Lyon, vers la Méditerranée : l’autre Vienne
©GD%
Au sud de Lyon, vers la Méditerranée : l’autre Vienne
©GDM