Voyages

Notre journaliste Geneviève Simon, qui accompagne le Beau Vélo de Ravel au Cameroun, nous livre chaque jour une "carte postale".


Vendredi

8h30

Le convoi (les bus, le camion et l'escorte) se met en branle avec 1h30 de retard sur l'horaire prévu en direction de Muyuka, à 30 km de Buea où nous avons passé la nuit. Là, il nous faudra passer le fleuve Mongo à bord d'un bac manuel. Ce qui prend un certain temps, puisqu'on ne peut y mettre qu'un ou deux véhicules à la fois. Le temps pour nous de profiter d'un lieu où la lumière joue avec l'eau, et d'observer le travail de forçat des pêcheurs de sable : ils descendent en apnée au fond du fleuve pour remonter le sable jusqu'à leurs frêles embarcations. Là, rien de mécanique : l'homme plonge, remplit le bateau, le vide à la pelle sur la rive avant de le transférer dans des camions.

11h

Impatients de rouler, les cyclistes se lancent sur une piste qui traverse de petits villages. Les enfants accourent à notre passage. Certains crient « bonbons, bonbons » à la vue des Blancs que nous sommes. Ils nous offrent des visages le plus souvent rayonnants, parfois intrigués. La chaleur est accablante.

16h

Nous quittons la route pour 9 km de piste, dans une forêt dense et luxuriante où se côtoient notamment palmiers, bananiers, caféiers (arabica), citronniers et cacaoiers. A l'arrivée aux chutes d'Ekom-Nkam, on aperçoit de loin comme de la vapeur, un nuage en réalité formé par les gouttes issues de la chute. Les vues sont magnifiques, le bruit impressionnant. C'est là qu'a été tourné le film « Greystoke », avec Christophe Lambert.



Samedi

© Geneviève Simon
 8h30

Alors que les cyclistes étaient partis en bus rejoindre leur point de départ, les journalistes prenaient la route sous escorte de l'Unicef pour l'hôpital Saint Vincent. Tenu par les filles de la charité de la communauté Sant'Egidio, l'établissement accueille les malades du sida. Visite ensuite d'Horizon Jeune, qui sensibilise les adolescents aux risques du VIH et organise des dépistages. Pour terminer, l'orphelinat CIBAEEVA, qui accueille 25 enfants, nous ouvre ses portes. Une matinée de fortes émotions et de partage.

13h30

Après une brève visite de la chefferie de Bandjoun, quatre heures de route nous attendent. Il ne faut pas rater le train de nuit qui nous emmènera de Yaoundé à Ngaoundéré, alors les chauffeurs roulent. Vite, trop vite, aux limites de la prudence. On est parfois trois véhicules sur la largeur de la route. On croise des piétons et des motos, tous vulnérables. Dans le minibus, on parle, on somnole, on écoute la retransmission en direct du match Sierra Leone-Cameroun, qui se déroule à Yaoundé par mesure de sécurité. Là se joue une étape de la qualification pour la coupe d'Afrique de 2015. Score final : 0-0.

18h

Arrivée à la gare de Yaoundé. On débarque valises et vélos du camion, qui sont immédiatement embarqués dans un wagon. Il y a 14 heures de trajet jusqu'à Ngaoundéré. Le train ne circule que sur une voie, et il n'y a qu'un train par jour dans chaque sens, les deux se croisant selon une orchestration précise. On s'installe dans les couchettes, dans une ambiance colonie de vacances.