Prêt hypothécaire : Le scénario cauchemar et comment y faire face

Prêt hypothécaire : Le scénario cauchemar et comment y faire face
©topcompare.be
Adops

Lorsque vous faites une simulation de prêt hypothécaire pour l’achat d’une maison, votre calcul se base sur vos revenus actuels, et éventuellement ceux de votre conjoint(e) si ce dernier ou cette dernière se déclare co-emprunteur. Mais que faire si, un jour, ces revenus diminuent, disparaissent ou encore si vous vous séparez ?

Communiquer avec votre organisme de prêt

Dès que possible, dès que vous sentez que la situation pourrait devenir financièrement difficile, prévenez votre organisme de prêt. L’erreur à commettre ici serait de ne rien dire et espérer pouvoir faire face aux coups durs en toute discrétion. Si vous ne prévenez pas votre banque, les irrégularités dans les paiements pourraient être sanctionnées et vous faire perdre encore plus d’argent. Alors qu’à l’inverse, un prêteur au courant d’un changement dans votre situation financière pourra non seulement anticiper ces irrégularités, mais surtout pourra vous proposer différentes solutions. En restant le plus honnête et transparent possible, vous facilitez aussi le rapport de confiance entre vous et l’organisme de prêt qui sera plus enclin à vous aider au moindre coût.

Demander une période de suspension

C’est la solution la plus simple et la plus évidente : le temps de vous remettre sur pied et de trouver les revenus nécessaires au remboursement du prêt, vous pouvez demander de reporter les mensualités sur une certaine période de plusieurs mois. Vous continuez de payer les intérêts mais cela peut vous soulager temporairement. Cette solution est surtout recommandée en cas de chômage temporaire par exemple.

Réduire les mensualités

Face à l’incertitude de retrouver des revenus mensuels suffisants, votre banquier peut vous proposer tout simplement de réduire les mensualités en étalant le remboursement sur une période plus longue. Attention cependant, les banques appliquent un âge limite (entre 65 et 75 ans en général) pour arriver au terme du remboursement. Dans ce cas là, tout dépend des conditions proposées, mais vous pourriez avoir à payer un taux d’intérêt plus élevé en raison du risque pris par la banque.

Refinancer votre prêt

Cela ne se fait pas sans coût, mais ce recours est de plus en plus populaire pour réduire les montants à rembourser et/ou profiter de conditions plus intéressantes. Le refinancement de votre prêt hypothécaire vous permet de changer d’organisme de prêt pour un autre. Ce dernier “rachète” votre dette à votre banque, et vous propose un remboursement à un taux plus avantageux, ou sur une période de remboursement plus longue, ce qui signifie des mensualités plus légères.

Les assurances “perte de revenus”

A ne pas confondre avec l’assurance “Solde restant dû” qui presque systématiquement obligatoire à la souscription d’un prêt hypothécaire et qui remboursera la banque en cas de décès. En cas de simple incapacité de travail, il existe l’assurance “perte de revenus" pouvant vous aider à traverser la tempête. Celle-ci est proposée par la plupart des banques et services d’assurance, et sert justement à faire face à une perte temporaire de revenus. La Wallonie propose d’ailleurs une assurance “perte de revenus” gratuite pouvant servir à rembourser en partie votre prêt hypothécaire si vous n’êtes plus en mesure de le faire.

En conclusion, si vous n’êtes plus en mesure de rembourser votre prêt, la meilleure chose à faire est de communiquer avec votre organisme de prêt et de le faire en toute transparence. N’oubliez pas qu’un remboursement régulier et sans encombres est autant dans votre intérêt que dans celui de votre prêteur qui pourra vous proposer des solutions pour vous aider.