Asbl Respect Seniors : L’aîné est un adulte libre et responsable

Lutter contre l’âgisme, restaurer l’aîné dans son droit de choisir parce que, faut-il le rappeler, celui-ci reste un adulte tout au long de sa vie, telle est l’une des priorités de l’asbl, à la veille de la journée mondiale de la Personne Agée ce 1er octobre.

Asbl Respect Seniors : L’aîné est un adulte libre et responsable
©Respect Seniors
Adops

Ce n’est un secret pour personne : la population belge vieillit. Active en région wallonne, le rôle de cette asbl n’en est que plus essentiel car la situation des personnes âges est parfois préoccupante. « Nous remplissons deux missions distinctes, explique Dominique Langhendries, directeur de Respect Seniors, d’une part l’accompagnement en cas de maltraitance, de l’autre la prévention et la sensibilisation auprès du grand public. Ce deuxième volet implique également la formation du personnel soignant ou qui gravite autour des aînés. » Pour répondre à ses missions d’aide et de prévention, l’asbl tient en permanence un numéro vert à la disposition du public, que ce soit pour un conseil ou, simplement, pour une écoute attentive, actif du lundi au vendredi, de 9h à 17h.

Privation de liberté

Toute personne confrontée à une situation de détresse, voire de maltraitance peut contacter Senior Respect, ce qui lui permet d’intervenir sans tarder afin d’offrir un accompagnement psychologique efficace. Car il ne faut pas se leurrer, dans les maisons de repos comme dans la sphère privée, les seniors sont parfois exposés à des rapports de force, voire des cas caractéristiques de chantage ou de maltraitance. « 30% des appels que nous recevons concernent la maltraitance psychologique », une situation qui s’est aggravée tout au long de la longue crise sanitaire que nous avons traversée et au cours de laquelle on a assisté à une grande privation de liberté des aînés. « Notre hypothèse est que le ressenti de cette privation a renforcé le sentiment de solitude et d’isolement dont ont souffert bien des personnes âgés. A cet égard, l’asbl se fait fort de rappeler que l’aîné reste fondamentalement un adulte libre de ses choix et d’aller où bon lui semble. « Or on constate que dans beaucoup de situations, ce choix n’est pas respecté, ce qui est sans doute consécutif au fait que nous nous représentons la personne âge comme fragile par définition, à qui il faut parler haut et fort et qui, parfois, n’a plus toute sa tête, d’où cette tendance à l’infantilisation. « Cette image est fausse et totalement tronquée », s’insurge le directeur qui tient à insister sur le fait qu’en Belgique, à partir de 18 ans, on est majeur et qu’on le reste toute sa vie, sauf avis contraire suite à une décision de justice. En d’autres termes, l’aîné a le droit de vivre comme bon lui semble et de prendre des risques qu’il souhaite.

Les sujets qui fâchent

Il existe aussi une réalité que l’asbl souhaite mettre en lumière, à savoir le fait que dans la plupart des familles, on évite d’anticiper, c’est-à-dire d’aborder des sujets délicats comme l’hébergement futur, la gestion de l’argent, l’intimité, la sexualité… « Tous ces sujets restent tabous ; or s’ils ne sont pas abordés avec un recul suffisant, cela peut engendrer plus tard des situations compliquées et des décisions à prendre d’urgence sans concertation préalable. C’est précisément pour anticiper ces problèmes que nous avons mis au point un outil à disposition des aînés comme des familles. « Questionnez-moi » est utilisé lors d’animations réalisées par nos intervenantes psychosociales et passe en revue tous les cas de figure pour déterminer, par exemple, qui sera la personne de confiance lorsque la situation deviendra compliquée. Mais chez Respect Seniors, on le répète : « l’aîné reste un adulte toute sa vie ; il n’y a pas de date de péremption ! »

- Philippe Fiévet

Respect Seniors, numéro vert: 0800/30.330

Asbl Respect Seniors : L’aîné est un adulte libre et responsable
©Respect Seniors