Vous êtes indépendant ? Que faire en cas de maladie ou d’accident

En cas de problème, l’indépendant ne peut compter que sur lui-même : pas de travail, pas de revenu. Les indépendants prennent par conséquent 5 fois moins d’arrêt maladie que les salariés. Certes, il y a la sécurité sociale, mais cela ne suffit pas pour combler l’absence de revenu d’un indépendant. Des solutions existent pour protéger les indépendants.

Vous êtes indépendant ? Que faire en cas de maladie ou d’accident
©Seraphin
Adops

Dans cet article, Seraphin vous explique comment vous protéger au mieux en tant qu'indépendant en cas de maladie ou d'accident.

À quelles indemnités de la sécurité sociale avez-vous droit ?

En tant qu'indépendant, vous devez être affilié à une caisse d'assurance sociale et à une mutualité. Si vous êtes en ordre de cotisations, vous pouvez obtenir des indemnités de votre mutualité si vous tombez malade ou êtes victime d'un accident. Vos frais médicaux (docteur, kiné, dentiste, ...) et d'hospitalisation et ceux de votre famille sont remboursés par la mutuelle comme pour les salariés.

En cas d'incapacité de travail, vous avez le droit à un revenu de remplacement pour toutes les incapacités supérieures à 7 jours et reconnues par un médecin conseil de la mutualité. Ce revenu de remplacement est aussi valable pour les conjoints aidants. Le montant des indemnités journalières varie en fonction de votre situation familiale : isolé (51,69 EUR), cohabitant (39,64 EUR) ou avec charge de famille (64,91 EUR). Il s'agit d'un montant brut. Vos revenus de remplacement seront donc taxés.

En cas de décès, votre conjoint survivant recevra de la sécurité sociale une indemnité appelée pension de survie à deux conditions : être marié depuis un an au moins (sauf si vous avez des enfants à charge ou si le décès est dû à une maladie professionnelle ou à un accident) et être âgé d'au moins 48 ans. La pension de survie est calculée en fonction des revenus du conjoint décédé et de la durée de sa carrière. Si les conditions ne sont pas remplies, le conjoint peut bénéficier d'une allocation de transition pendant un an.

Les assurances complémentaires vous aident à tenir le coup en cas de problèmes de santé

Malgré les indemnités de la mutuelle, une incapacité de travail provoquera une baisse drastique de vos revenus. Or, vous devrez toujours payer vos frais fixes. C’est pourquoi, il est indispensable de souscrire des assurances complémentaires pour éviter les problèmes financiers et vous protéger en tant qu’indépendant.

1. L’assurance Revenu Garanti vous octroie un revenu de remplacement

La première couverture à avoir en tant qu'indépendant est l'assurance revenu garanti. Celle-ci vous garantira de recevoir chaque mois un revenu de remplacement en cas d'incapacité de travail qui viendra compléter vos indemnités de mutuelle. Bon à savoir : La prime de votre assurance revenu garanti est déductible fiscalement.

Ce revenu de remplacement est calculé en fonction :

  • De la somme assurée
  • Du degré d'incapacité de travail
  • Du stage (délai de carence) prévu dans l'assurance
  • De la rémunération que vous vous accordez. Vous pouvez assurer jusqu'à 80 % de votre salaire fixe.

Il est possible de souscrire une assurance revenu garanti seule ou en tant que garantie des contrats d'assurance vie PLCI (Convention de Pension pour travailleur indépendant) et EIP (Engagement Individuel de Pension).

2. L’Assurance Chiffre d’Affaires garantit un revenu pour votre entreprise

Vous n'êtes pas indépendant en personne physique, mais en société ? Dans ce cas l'assurance chiffre d'affaires est une garantie intéressante surtout si votre absence engendre une baisse des revenus de la société. La différence avec l'assurance revenu garanti est qu'ici le bénéficiaire est la société pas vous en tant qu'indépendant. Les revenus de remplacement versés à la société sont soumis à l'impôt des sociétés comme tout revenu et les primes d'assurances sont déductibles fiscalement pour l'entreprise à titre de charge professionnelle. Vous ne pouvez assurer que 60% du chiffre d'affaires que vous apportez personnellement à la société.

3. L’Assurance hospitalisation prend en charge vos frais médicaux

Vous pouvez souscrire une assurance hospitalisation qui couvrira vos frais de santé au-delà de la mutuelle obligatoire. L'assurance DKV Hospi Flexi vous permettra d'obtenir un remboursement de tous les frais liés à une hospitalisation. Pour couvrir vos frais médicaux courants, il faut souscrire une garantie soins ambulatoires qui prend en charge les consultations chez le médecin ou chez le kiné, les prothèses, les médicaments, etc. Et pour vous faire rembourser de vos frais dentaires, vous pouvez souscrire une DKV Smile.

4. L’Assurance décès met à l’abri vos proches

En tant qu’indépendant, vous souhaitez mettre votre famille à l'abri en cas de décès. L’assurance décès versera un capital au bénéficiaire du contrat. Cette garantie peut également être reprise dans un contrat d’assurance-vie ( PLCI ou un EIP).

Si vous avez des associés, il est conseillé de souscrire une assurance décès sur la tête de chacun des associés. Si l'un des associés décède, un capital sera versé aux survivants pour leur permettre de racheter les parts. Pour rendre cela possible, il est également important de spécifier dans le pacte d'actionnaires qu'en cas de décès d'un associé, oblige les héritiers à vendre les parts aux associés survivants.

Toutes ces assurances ne sont certes pas réjouissantes, mais elles sauveront vos finances en cas de pépins de santé. Nous ne pouvons que vous souhaiter qu'elles ne vous seront jamais utiles. Mais mieux vaut être prévoyant ! Vous êtes indépendant et pensez être mal protégé ? Demandez conseil aux experts Seraphin.