Contenu de partenaire

Le port de Bruxelles, un acteur-clé de la transition écologique

Pivot stratégique de Bruxelles-Capitale, le Port de Bruxelles cristallise aujourd’hui l’ambition d’aller vers une économie plus durable et circulaire, d’encourager des solutions logistiques et pratiques qui rendront la ville plus agréable à vivre pour tous, de mieux intégrer les voies d’eau dans le paysage bruxellois, mais aussi d’être un endroit dédié au délassement et aux activités nautiques. Notre entretien avec Philippe Matthis, DG ad interim du Port du Bruxelles.

Adops

Le canal maritime de Bruxelles possède quatre fonctions majeures : une fonction de transport, une fonction environnementale, une fonction de bassin d’orage, avec 14 déversoirs dans le canal, et une fonction d’intégration urbaine et récréative. Et avec ses 107 hectares de domaine portuaire, soit plus de 150 terrains de football, et ses 80 hectares de plan d’eau, l’activité économique du Port de Bruxelles affiche pour 2020 et 2021 des chiffres à la hausse record. Ces résultats performants sont le reflet d’un engagement ambitieux et durale pour la ville à travers une série de réalisations concrètes. « Comme le souligne Alain Maron, Ministre bruxellois de la Transition climatique et de l’Environnement, le transport par voie d’eau est le mode de transport le plus respectueux de l’environnement. Nous restons donc plus que jamais déterminés à faire du transport fluvial à Bruxelles une alternative performante et efficace en matière de transport de marchandises, afin de rendre notre mobilité plus durable et ainsi d’améliorer la qualité de l’air que nous respirons. Notre objectif est de renforcer le rôle du Port de Bruxelles en tant qu’acteur majeur de la transition écologique », nous explique Philippe Matthis.

Le port de Bruxelles, un acteur-clé de la transition écologique
©Philippe Matthis

Pour atteindre ces objectifs, la Région de Bruxelles-Capitale et le Port de Bruxelles se sont accordés sur une série de chantiers qui convergent tous vers une seule et même direction durable. Ces missions sont le fer de lance du nouveau Contrat de Gestion du Port pour la période 2021-2025.

Une voie de pénétration non embouteillée

« La navigation depuis le port d’Anvers se fait en cinq heures par un canal qui ne compte que deux écluses entre Bruxelles et Anvers. Nous gérons 14 kilomètres de ce canal. Cela semble peu, mais ce n’est pas négligeable », poursuit Philippe Matthis. C’est en effet par le Port que se fait une grande partie de l’approvisionnement de la Capitale, que ce soit en denrées alimentaires et agricoles, en produits pétroliers, en matériaux de construction et en produits métallurgiques. « L’impact sur la mobilité et l’environnement bruxellois est direct puisqu’il permet l’économie de près de 680.000 camions dans et autour de Bruxelles, soit près de 2000 camions par jour, 96 000 tonnes de CO2 et 27 millions d’euros en coûts externes. En outre, le canal est la seule voie de pénétration dans Bruxelles qui n’est pas embouteillée, ce qui est un atout supplémentaire non négligeable. Or, en 2021, 90% du trafic bruxellois s’effectue encore par camion. Accentuer et pérenniser le transport de marchandises par voie d’eau me semble devoir être une évidence ».

Un outil de développement économique

Aujourd’hui, le cluster portuaire bruxellois est composé de près de 300 entreprises de toutes tailles générant quelque 9000 emplois directs et indirects. Les secteurs prépondérants sont ceux du transport, de la logistique et de l’industrie. Le Port procure plus d’un milliard d’euros de valeur ajoutée assumant ainsi presque 2% de la richesse créée par la Région. « Nous portons toute une série de projets pour poursuivre ce développement. Ces initiatives contribuent également à renforcer les liens entre les Bruxellois et la zone du canal. Que cela soit dans le domaine de la construction, des services, du stockage ou de la livraison, la population de la Capitale est amenée, d’une manière ou d’une autre, à consommer ou côtoyer des produits et services qui ont transité par le Port », nous précise Philippe Matthis.

Une logistique durable et une économie circulaire

« Nous accompagnons aussi nos entreprises concessionnaires qui ont des projets qui s’inscrivent dans un mouvement de transition économique et écologique. Et plusieurs entreprises présentes au Port s’inscrivent déjà dans cette dynamique de transition et notamment par une logistique intelligente et éco-responsable, une réduction de l’empreinte carbone et une diminution des nuisances environnementales, bruits et poussières, entre autres. Nous soutenons aussi toutes ces entreprises qui ont choisi la voie de la durabilité et de l’économie circulaire grâce à des incitants financiers mais aussi par la mise à disposition d’experts climat qui forment à la durabilité, ce qui permet aux entreprises leur transition vers un fonctionnement davantage axé sur la circularité et la réduction de leur empreinte carbone ».

Une attention portée à la biodiversité

En ce qui concerne la protection de l’environnement, le Port déploiera prochainement son nouveau « plan de gestion différenciée » avec la mise en œuvre de mesures pour une meilleure biodiversité. « Nous allons effectivement intensifier nos efforts. Les 500 mètres de berges seront réaménagés d’ici 2025 pour une meilleure verdunisation et perméabilisation, mais aussi pour renforcer le lien entre l’espace public, l’eau et la nature. Nous allons aussi réintroduire des espèces telles que des papillons et des hirondelles de rivage. Et puis, nous allons électrifier les quais pour que les bateaux en attente puissent couper leurs moteurs thermiques. Nous continuerons également à veiller à ce que les concessionnaires ne rejettent rien de polluant dans le canal. Le Port étudiera par ailleurs la pertinence d’installer des éoliennes ou de la géothermie sur son territoire et adaptera ses propres bâtiments aux normes environnementales », précise Philippe Matthis.

Des activités récréatives

La mission du Port de Bruxelles ne serait pas complète si le site ne pensait pas aussi à proposer des activités de loisirs et sportives aux Bruxellois, comme aux nombreux touristes. « Nous avons grandement besoin d’espaces publics propices à la détente et le Port offre un magnifique espace de promenade, de délassement et de loisirs. « Nous développons, en collaboration avec d’autres acteurs bruxellois, de nouveaux projets d’intégration et de revitalisation urbaine tels qu’une piste cyclable de 14km le long du canal en site propre, l’aménagement des rives autour du Musée Kanal et Sk8Port, un skate park inauguré en juillet dernier et très apprécié des amateurs du genre. Et puis, le bassin Béco, plus de 3 hectares et demi sur la rive gauche, va par ailleurs être réaménagé au profit des riverains. Les travaux commencent en 2022 ».

Pour découvrir le Port de Bruxelles, visionnez sa capsule animée – durée 2 minutes : https://vimeo.com/650259980 ou surfez sur http://www.port.brussels