Contenu de partenaire

Festival de Chassepierre

La longue histoire d'un presque quinquagénaire

Adops
Festival de Chassepierre
©Festival de Chassepierre

Chassepierre, un petit village de l’entité de Florenville, porte fièrement le titre ‘d’un des plus beaux villages de Wallonie’. Lové dans les méandres de la Semois, les maisons de vieilles pierres en ont fait un véritable écrin très apprécié des touristes qui s’aventurent dans ce coin de Gaume.

En 1974, la poétesse Marie Fizaine, a choisi Chassepierre pour y inviter 49 artistes de ses amis, romanciers et poétes, afin de lancer le premier festival de Chassepierre. Aujourd’hui, 48 ans plus tard, le concept lancé par Marie Fizaine est toujours présent, certes sous une forme artistique différente, mais d’où découle toujours une incontestable forme de poésie.

Le ‘Festival International des Arts de la Rue’, organisé chaque année le troisième week-end du mois d’août, est devenu une des références européennes qui regroupe un panel d’artistes, comédiens, musiciens, clowns, marionnettistes, acrobates …. Les artistes qui se produiront cette année les 20 et 21 août, s’approprieront le village. Les places, les rues, les champs deviendront des petits ou grands décors de théâtre. Les plus de 25 000 festivaliers attendus seront enchantés et enthousiasmés devant les spectacles proposés. Petits moments de pur bonheur garantis.

Festival de Chassepierre
©Marie Fizaine

LA POÉSIE S’INVITE PARMI LES AUTRES ARTS

Les deux dernières éditions ont été perturbées pour cause de crise sanitaire, mais des embryons de Festival de Chassepierre ont permis de ne pas en perdre ni l'âme, ni l'esprit. La 48ème édition de ce mois d'août 2022 retrouvera sa taille, sa cinquantaine de compagnies artistiques, mais aussi ses nombreux et fidèles spectateurs qui attendent avec impatience de revivre leur festival. Ce retour d'une histoire familière en fera une création singulière. « Dans de nouveaux espaces repensés et remodelés, les liens habituels entre les artistes et nos publics pourront se recréer, se réjouit Charlotte Charles-Heep, la directrice artistique de l'évènement. Ces liens solides font depuis toujours la spécificité et l'esprit de notre évènement. »

Pour que le Festival de Chassepierre devienne un des plus importants évènements européens des arts de la rue, il a fallu créer une osmose entre les organisateurs, les habitants du village et les 300 bénévoles nécessaires pour une telle manifestation. Alain Schmitz est resté quarante ans à la tête du Festival. Homme enthousiaste et passionné, il a réussi à intégrer tout un village dans son projet. Chaque habitant mettra un point d’honneur à ce que Chassepierre revête ses plus beaux atours. Quelques jours avant le top départ du Festival, il sera impossible de trouver une haie qui ne soit fraîchement taillée, un parterre de fleurs d’un jardin qui ne soit à son apogée, une devanture de porte qui ne fasse honneur à la renommée du village. Tous les habitants met son âme et sa bonne humeur dans cet exemple de ruralité bienveillante.

Les plus de 300 bénévoles, originaires des quatre coins de la région et même de France, sont à pied d’œuvre dès la semaine qui précède. Tout doit être parfaitement en place pour accueillir et installer les artistes, puis canaliser la déferlante de spectateurs qui envahira le village dès le samedi en fin de matinée. Ils devront aussi rendre le village à ses habitants en le rangeant et en le nettoyant pendant les trois jours qui suivent le départ des derniers festivaliers.

« Nous avons un contrat-programme avec la Fédération Wallonie-Bruxelles qui nous oblige à ne proposer que des compagnies professionnelles, dont 25% doivent être belges, insiste Charlotte Charles-Heep. C'est un gage de qualité ? Nous attachons beaucoup d'importance au choix des compagnies qui seront au programme. L'esprit du festival de Chassepierre passe par un lien quasi charnel entre les créateurs artistiques qui se produisent en harmonie et en symbiose avec la beauté du village et de la Semois. En déambulant dans le village, le visiteur trouve un lieu de respiration authentique ... un tas de bois pour l'hiver, un âne qui paît dans un champ, le potager d'une grand-mère, des enfants qui jouent au détour d'une ruelle ... .»

Pendant les deux jours du festival, l’âme de Marie Fizaine, l’initiatrice du Festival, son attachement à la poésie et à la région de la Semois, s’installe sur chacune des scènes, parfume chacun des spectacles.

Les produits du terroir du marché artisanal et la gastronomie gaumaise et ardennaise proposée par les trois restaurants du village complètent cette alchimie où l’enchantement des lieux se mêlent au savoir-faire des artistes.

Festival de Chassepierre
©spectacle dans les champs au bord de la Semois

UNE DIRECTRICE ARTISTIQUE AMOUREUSE DU FESTIVAL DEPUIS SON ENFANCE

Agée aujourd'hui de 33 ans, une jeune femme, Charlotte Charles-Heep a pris la succession d'Alain Schmitz à la tête du Festival de Chassepierre. En 2014/2015, après le succès de la 40ème édition, séduit par sa passion et son parcours, il lui a cédé les clés de l'organisation. « Je suis tombée dans la marmite du festival de Chassepierre depuis mes trois ans. Mes parents habitaient Sedan et n'auraient jamais manqué aucune édition pour rien au monde, se remémore la jeune femme. Mes premiers souvenirs précis remontent à l'âge de six ans. Cela fait trente ans que je participe au festival de Chassepierre. J'ai entrepris des études de 'conception et mise en œuvre de projets culturels en arts du spectacle' à Metz et à Strasbourg. Très tôt, je me suis engagée comme bénévole, puis ce fut des jobs d'étudiant dans le cadre du Festival pendant mes vacances. En toute logique, j'ai effectué les stages de mes études supérieures dans l'équipe de Chassepierre. En 2011, Alain Schmitz m'a proposé de devenir son bras droit. En 2014, il m'a passé le relais comme directrice artistique. Ce fut un long cheminement avec une formidable expérience de transmission. J'ai la chance de connaître tous les rouages de la machine, mais aussi d'être imprégnée de l'esprit et de l'âme de Chassepierre. J'ai l'énorme chance de faire un 'métier-passion'. »

Diplôme d'études secondaires en poche, la Sedanaise n'avait qu'une idée en tête : préparer sa vie professionnelle dans le domaine qui était sa passion. « J'étais passionnée par tout ce qui touche au spectacle, mais je ne voulais pas devenir comédienne. Ce qui m'intéresse depuis toujours, c'est l'organisation, plus particulièrement celle des arts de la rue et du cirque. Ce sont des arts qui doivent prendre en compte le lieu du spectacle qu'ils vont investir. Ce n'est pas la même chose de jouer devant 100 ou devant 1 500 personnes, c'est différent de jouer dans un renfoncement de porte d'une petite ruelle d'un centre-ville ou dans un grand champ au bord de la Semois comme chez nous, cela demande des adaptations en fonction des conditions. Il faut savoir affronter la pluie, le vent, la canicule, il faut sentir le public pour l'accrocher … »

Festival de Chassepierre
©Charlotte Charles-Heep


PRESENTATION SUCCINTE DU PROGRAMME : DEUX JOURNÉES DE THÉATRE, CIRQUE, DANSE, MUSIQUE … EN FAMILLE OU ENTRE AMIS !

Cet été encore, plus de cinquante compagnies, venues de Belgique, de France, de Suisse, des Pays-Bas et d’Angleterre, raconteront leurs histoires, pour votre plaisir, par les rues et les prairies du village. Ci-dessous, la présentation de quelques-uns de ces artistes, de manière non exhaustive.

Festival de Chassepierre
©Exemple d'artiste - Demain On Change Tout


De vieilles histoires de dragons trouveront corps et transporteront vos enfants sur le dos de celui des 4 Saisons (Belgique). Du mythe antique des Parques, voici venir la marionnette géante à trois têtes de Demain On Change Tout ! (France), qui vous emmènera sur un chemin poétique, en compagnie de son Chimère Orchestra. Les contes classiques de Princesses et de trop Preux Chevaliers seront rendus abracadabrants par Les Batteurs de Pavés (Suisse). La Blanche-Neige de Scopitone (France) s'emmêlera les baskets ou les escarpins avec Cendrillon ou le Parrain, et leur Poucet ne sera petit que de corps, pas d'esprit. Chicken Street (France) recomposera du Truand, de la Brute et du Bon à l'aide de dix planches, vingt caisses en bois et trente ballons. Mais si vous préférez retourner vers le futur, les spécialistes de La Pigeonnière (Belgique), haut perchés sur l'avenir, vous feront revisiter une conglomération urbaine du début des années 2020.

Des pierres, une corde, un corps mis en poème, et La Folle Allure (France) vous re-contera une histoire des origines, aérienne, tandis que l'énergie de Kiai (France) ponctuera de bonds les quatre coins de l'espace. Acrobatique, enflammé, méditatif, le Cirque Rouage (France) vous élèvera dans un récit de brève anticipation, celui d'un monde sans pétrole, et Vladimir Couprie de Carré Curieux (Belgique) prêtera à la vieille histoire d'amitié de l'Homme et du Chien un pelage très singulier.

Le soir, les artistes de la Cie Bivouac (France), sur leur Oculaire, entreront en suspension, et vous relateront, par leur poésie, l'histoire de votre réelle situation, celle où vous existez entre ces deux infinis, le grand et le petit, et celle où l'univers connu s'étend entre de multiples dimensions.

Et voilà comment des histoires familières, en apparence, retrouveront pour le bonheur et l’intérêt de tous, un visage neuf, une vive part d’enfance. Rendez-vous donc à Chassepierre cet été, afin d’assister et de participer à toutes ces créations singulières.

Le programme complet est accessible sur le site www.chassepierre.be.

Festival de Chassepierre
©Exemple d'artiste - Carré Curieux

LE CONSEIL DE CHARLOTTE

« Pour pouvoir profiter pleinement du Festival, il faut programmer sa journée, conseille Charlotte Charles-Heep. Il ne faut surtout pas venir les mains dans les poches, sans savoir ce que l'on va faire. Il est impossible de voir tous les spectacles. Entre 14h et 22h, il est possible d'en voir six au maximum sous un rythme de croisière, en plus de déambulations. En dehors des spectacles dans les prairies, il faut arriver 30 à 40 minutes à l'avance sur le lieu du spectacle choisi. »

Festival de Chassepierre
©Festival de Chassepierre – Ambiance 2019


VITE-DIT

· Différentes scènes sont disséminées dans les endroits les plus emblématiques du village, mais aussi dans les champs bordant la rivière. Certains spectacles sont conçus pour accueillir 300 spectateurs, alors que d’autres, comme celui prévu en soirée, attendent 5 000 personnes.

· Chassepierre s’inscrit dans le top 5 des festivals européens d’art de la rue. ‘Vivacité’ à Sotteville-les-Rouen, ‘Chalon Dans la Rue’ à Chalon-sur-Saône et aussi ‘Namur en Mai’ pour la Belgique sont les plus connus. La référence historique est celui d’Aurillac.

· Le public est en général très respectueux des artistes et de l’organisation. Le Festival se veut familial, même si quelques spectacles sont annoncés comme déconseillés aux plus jeunes. La moyenne d’âge des festivaliers est de 29 ans.

· 25 000 à 30 000 spectateurs descendent chaque année de la butte qui surmonte le village pour déambuler le long de la Semois. Cet afflux demande une logistique impressionnante dans le village, mais aussi dans la région où hôtels, gîtes, restaurateurs et commerçants font le plein. Lors du 40ème anniversaire en 2014, les 30 000 entrées ont été dépassées. C’était trop, reconnaissent les organisateurs.

· La météo est un facteur évidemment essentiel pour la réussite du festival. En 2019, avec deux jours de pluie ininterrompue, ce fut compliqué. Mais le festival a toujours eu lieu. Les festivaliers sont rompus à ce genre d’inconvénients. Bottes, parapluies et K-ways font partie de la parfaite panoplie des habitués. Les spectacles sont maintenus, sauf lorsque la sécurité est menacée. Cette météo capricieuse, quand elle est mauvaise, peut évidemment jouer un tour aux finances de l’ASBL qui gère le festival, mais sa bonne gestion permet de pouvoir amortir le choc.

· L’hygiène, dans le cadre du développement durable, avec notamment le tri des déchets, est un point essentiel de l’organisation.

Festival de Chassepierre
©Exemple d'artiste - Galapiat Cirque

LA BILLETTERIE

Réservations sur www.chassepierre.be (rubrique : tickets) ou au syndicat d'initiative de Florenville (1, esplanade du Panorama)

· Jusqu’au 12 août : 20€ par journée, ou 30€ les deux jours (enfants de 8 à 12 ans : 8€ par jour, 12€ les deux jours, gratuit pour les moins de 8 ans)

· A partir du 13 août : 28 € par journée, ou 38€ les deux jours (enfants de 8 à 12 ans : 10€ par jour, 15€ les deux jours, gratuit pour les moins de 8 ans)

· Sur place (uniquement en liquide)

Festival de Chassepierre
©des spectacles pour les petits comme pour les grands
Festival de Chassepierre
©acrobates et équilibristes font vibrer les festivaliers