Contenu de partenaire

Rénover pour économiser !

En Wallonie, 75% des logements ont été construits avant 1985[1] et présentent de faibles performances énergétiques. Dans ce cadre, la rénovation prend tout son sens : il s’agit non seulement d’un acte écologique, mais également économique. Une nécessité à l’heure où le coût de l’énergie flambe... [1] Selon wallonie.be

Adops
Rénover pour économiser !
©Shutterstock

Le parc immobilier wallon est à la fois vieux, vétuste et mal isolé. Rénover son bien n’est donc pas un luxe, mais bien un acte responsable, à la fois positif pour l’environnement, le portefeuille et le bien-être.

Mais il n’est pas toujours simple, pour le particulier, de savoir par où commencer. La Wallonie a mis en place plusieurs outils afin d’orienter au mieux les candidats-rénovateurs.

Avant toute chose, le mieux est de contacter un Guichet Énergie Wallonie afin de récolter toutes les informations nécessaires (au niveau subsides, technique, administratif...). Ce service est totalement gratuit et accessible à tous. Il suffit de prendre rendez-vous et de se rendre sur place avec les données de son projet.

Un état des lieux en 10 minutes

Pour un diagnostic rapide, l’outil Quickscan est recommandé. En effet, celui-ci permet d’accéder à un premier bilan énergétique de son habitation via un questionnaire en ligne. Le tout est simple, gratuit, et nécessite à peine dix minutes. Les questions posées vont de l’âge du bâtiment à son isolation, en passant par son mode de chauffage et sa typologie.

Toutefois, pour accéder aux primes, un véritable audit, en bonne et due forme, devra être effectué. Toutes ces initiatives (guichet énergie, Quickscan et audit) sont chapeautées par l’opération Walloreno, qui encourage la rénovation en utilisant des sources décarbonées.

L’audit logement

Celui-ci permet de savoir quels travaux réaliser en priorité et dans quel ordre pour être le plus efficace possible. Concrètement, un auditeur se rend à votre domicile et dresse un état des lieux énergétique du bâtiment. Ensuite, une feuille de route définissant la trajectoire du bâtiment (c'est-à-dire plusieurs étapes pour arriver au label A) est proposée. L'avantage de l'audit est que les travaux peuvent être planifiés dans le temps, en fonction de ses moyens. L'ordre proposé permet aussi d'éviter un effet lock-in, c'est-à-dire de devoir défaire ce qui a été fait. Si on compte rénover la toiture, par exemple, et que les murs extérieurs ne sont pas encore isolés, on va prévoir un débord de toit en prévision de l'isolation future de ces derniers.

Quelles priorités ?

Chaque maison possède ses besoins propres, mais les travaux les plus communs sont l’isolation, le vitrage à haut rendement, l’éclairage, l’installation d’un système de chauffage efficace et/ou faisant appel aux énergies renouvelables...

1. L’isolation. La plus importante est l’isolation de la toiture (car la déperdition de la chaleur s’effectue d’abord par là) puis celle des murs et des sols. Ensuite, les bons matériaux seront choisis et placés avec soin, pour éviter les fuites d’air et ponts thermiques. L’isolation étant un travail de précision, elle sera confiée à de vrais spécialistes.

2. Le vitrage à haut rendement (voire le triple vitrage). Les fenêtres laissent la chaleur s’échapper vers l’extérieur, ce qui implique un gaspillage d’énergie. La quantité d’énergie perdue dépend de la surface des fenêtres, du type de châssis (bois, PVC, aluminium, acier) et du placement. Dans les années 70, le simple vitrage était la norme. On a vu ensuite apparaître le double vitrage et aujourd’hui, le verre à haut rendement. Ce dernier maintient 80 % de chaleur en plus à l’intérieur que le simple vitrage.

3. L’éclairage. L’éclairage domestique représente une grosse partie de la facture d’électricité. Or, quelques petites adaptations suffisent pour économiser pas mal d’argent : éteindre la lumière en quittant une pièce, opter pour des ampoules LED ou économiques, éviter les ampoules à incandescence et les halogènes... Il faut également savoir que la couleur des murs et des plafonds joue aussi un rôle dans la consommation d’électricité. En effet, les tons foncés exigent plus de lumière que les tons clairs. A savoir avant de refaire la déco de votre nid !

4. Une chaudière à haut rendement. Une chaudière de 15 ans ou plus voit son rendement diminuer. D’un autre côté, ses frais d’entretien augmentent. Une nouvelle chaudière n’est donc pas un luxe, du moins si l’on vise une économie à long terme...

Des sources d’énergie renouvelable. Qu’il s’agisse de pompe à chaleur ou de panneaux solaires, pour les plus connus, le fait de produire sa propre énergie contribue à éviter les gaz à effet de serre et à acquérir une certaine indépendance énergétique. Ce type d’investissement devient également rentable après quelques années.