Contenu de partenaire

Quelques bons réflexes « chauffage » pour cet hiver

Cette année, l’énergie est plus précieuse que jamais... Afin de la préserver au maximum, Michael, à la tête d’une entreprise de chauffage, fait le point avec nous et nous donne quelques conseils avisés.

Adops
Quelques bons réflexes « chauffage » pour cet hiver
©Adobe Stock

Michael, quelles sont les erreurs à ne pas commettre pour qu’une chaudière fonctionne de façon optimum ?

Il est important de ne pas modifier les réglages du thermostat effectués par le chauffagiste après son passage. En effet, les particuliers ne sont pas chauffagistes et mieux vaut ne pas s'aventurer dans ce type de manœuvre, car en général, on fait pire que mieux !

Quels conseils pouvez-vous nous donner au niveau des entretiens ?

Pour le gaz, la loi stipule qu'un passage tous les trois ans est suffisant, mais nous recommandons un passage annuel. Pour le mazout, la loi parle d'un entretien annuel, et cela nous semble suffisant. Pour que nos clients n'oublient cette essentielle vérification, nous utilisons un système de rappel automatique lorsque l'échéance arrive. Lors de l'entretien, nous nettoyons les différentes parties de la chaudière, et nous remplaçons les pièces manquantes pour que le rendement soit optimum. Bien-sûr, l'entretien sera différent en fonction du type de chaudière : au gaz, au mazout, ou aux pellets... En tous cas, cet entretien est indispensable pour éviter les déconvenues pendant l'hiver...

Comment conserver au maximum la chaleur à l’intérieur de son logement ?

Tout d’abord, il faut savoir que le chauffage par le sol offre une plus grande inertie et une homogénéité plus importante. Il y a donc lieu d’anticiper les moments de chauffe, car il ne dispense pas de « coup de chaud » instantané comme le permettent les radiateurs classiques. En ce qui concerne les radiateurs, justement, il y a lieu de les allumer uniquement dans les pièces où l’on se trouve et selon les besoins. On voit encore trop souvent des pièces chauffées pour rien, des radiateurs allumés alors que l’on aère en même temps la pièce, fenêtres grand ouvertes... Je recommande aussi – surtout par les temps qui courent – de réduire d’un ou plusieurs degrés la température intérieure. Il faut savoir qu’en baissant le thermostat d’un degré, on économise 5% ; de 2°, 5% supplémentaires, et ainsi que de suite.

La ventilation est-elle nécessaire ?

Oui, mais si les maisons sont équipées de ventilation mécanique contrôlée à simple ou à double flux, il n’y a alors rien à faire, car la ventilation est automatisée. Lorsqu’il s’agit d’une aération manuelle, il faudra alors veiller à bien éteindre les radiateurs avant d’ouvrir les fenêtres... Dans tous les cas, il est essentiel de bien aérer car une pièce humide chauffera moins bien et moins vite.

Est-il vraiment important de couper complètement la chaudière durant la période d’été ?

Oui, l’idéal est de couper la partie chauffage, par exemple entre mai et octobre, et de laisser le système d’eau chaude actif (qui correspond à environ 20% de la consommation totale). Le risque de ne pas totalement couper le chauffage en été est, si l’on n’a pas de thermostat et de vannes thermostatiques, d’oublier de l’éteindre, et de consommer « à vide » pendant toute la belle saison... Il existe également un mode « vacances » ou « éco » sur les chaudières à condensation de dernière génération.

Le comportement des particuliers face au chauffage a-t-il évolué ces dernières années ?

Oui, nous recevons énormément de demandes pour les pompes à chaleur combinées à des panneaux photovoltaïques. Or, il faut savoir que l’on ne peut pas placer de pompes à chaleur partout car les maisons anciennes ne sont pas adaptées à ce type de dispositif. En effet, les radiateurs en fonte, par exemple, nécessitent une eau chauffée à haute température, ce qui n’est pas possible avec une pompe à chaleur. Il existe toutefois des pompes à chaleur plus performantes, qui chauffent plus fort, mais elles sont aussi beaucoup plus chères. Dans ce cas, l’opération est donc peu attractive en termes d’amortissement.