A l’agence web de Bruxelles OpenGraphy, le marketing digital est un champ d’opportunités !

Pour faire partie de l’équipe d’OpenGraphy, agence de marketing digital et développement web bruxelloise, il faut d’abord être un mordu de technologies. Pour être constamment à la pointe, et donc permettre aux clients de prendre une longueur d’avance sur les concurrents, il faut être prêt à passer des heures devant son PC. Car c’est là que tout se passe : les nouvelles tendances, les nouveaux développements technologiques, les évolutions des moteurs de recherche... Et cela va (très) vite ! Mais pour ceux savent saisir les opportunités dès qu’elles se présentent, le jeu en vaut la peine ! C’est en tout cas, en substance, l’esprit qui anime la start-up OpenGraphy.

Start-up belge dans la cour des grands

La société a commencé ainsi : en transformant, avant d’autres, une idée de Facebook en business. « Le nom OpenGraphy vient d’une technologie Facebook lancée en 2011, Open Graph, qui permettait aux sites internet d’être partageables, partagés et personnalisés », raconte Antoine Gounel, CEO et fondateur de l’entreprise. « Nous avons été parmi les premiers à la déployer sur nos sites, et c’est comme cela que nous nous sommes fait remarquer. » Cela a valu à la start-up belge d’être reprise dans la liste privilégiée des Preferred Marketing Developers de Facebook.

Cette reconnaissance n’est pas la seule. Depuis lors, OpenGraphy a reçu d’autres « récompenses » de la part des grands noms du digital comme Google Partner et Amazon Technology Partner. La PME a également gagné des prix comme celui de « meilleure technologie de marketing d’influence » par l’IAB (Interactive Advertising Bureau) France en 2016 et de « Best startup in Belgium 2018 » par le magazine Inside Digimedia. « Récemment, nous avons aussi signé un accord de collaboration avec Snapchat pour proposer aux grands médias internationaux les top stories de la plateforme », se réjouit Antoine Gounel.

Une agence de développement Web et communication digitale, deux business

Aujourd’hui, OpenGraphy déploie globalement son activité autour de deux pôles : le conseil en marketing stratégique et la mise à disposition d’outils digitaux.

En tant qu’agence web, OpenGraphy dispose d’une équipe de développeurs seniors pour gérer tous les projets techniques. Cela va de la création de sites web, à la maintenance et la mise à jour, en passant par la sécurité et le débuggage. C’est aussi une agence de référencement Google.

« Nos clients sont à la recherche de moyens pour générer de l’audience, augmenter le nombre d’interactions, convertir les visiteurs en fans et générer du nouveau business sur le web », développe Antoine Gounel. « Notre agence ne fait pas de communication traditionnelle mais du marketing technologique. Car pour se différencier aujourd’hui, il faut être très fort sur le plan technologique ! Nous développons des campagnes de publicités et des sites web dont l’unique objectif est de se transformer en leads ou en ventes chez nos clients. Nous aidons nos clients à publier du contenu et à monitorer leurs campagnes, à les suivre de façon humaine et proche. » Le CEO souligne : la force d’OpenGraphy, ce sont ses développeurs marketing !

GraphyStories : un outil pour suivre anticiper les tendances en matière de contenu

Et pour suivre les performances des sites et pages Facebook en termes de visibilité, d’interactions, de visites et de monétisation, OpenGraphy a développé sa propre technologie de marketing de contenu : GraphyStories. C’est le deuxième pilier fort de l’agence.

« GraphyStories est aujourd’hui utilisé par quelque 6.500 marques et médias dans une trentaine de pays », poursuit Antoine Gounel. Cet outil particulièrement performant permet de surveiller les meilleures pratiques du web et des réseaux sociaux, d’anticiper, de détecter de contenus à fort potentiel d’interactions avant tout le monde, de mesurer et d’optimiser les performances éditoriales de toute page Facebook ou site web… Il est vendu comme un service, sous forme d’abonnement, et non comme un produit. « Cela coûte souvent moins cher, et surtout cela permet des mises à jour régulières », argumente Antoine Gounel.

Transformation digitale en marche

A l’heure où les entreprises ont généralement bien intégré la nécessité de leur transformation digitale, la rapidité de l’évolution technologique peut donner le vertige… Mais Antoine Gounel temporise : en matière de marketing digital, certains fondamentaux ne changent pas, comme le référencement Google et le fait de tisser des liens avec sa communauté. « Ce qui change, ce sont les formats, les opportunités de ciblage et les plateformes », commente-t-il. « Par contre, je dirais ceci : quand le marché évolue vite, il faut voir cela comme une opportunité car si l’entreprise est agile, elle peut bénéficier pendant un temps d’une fenêtre de tir où il y aura moins de concurrence. » Il ajoute : « Si 2017 a été l’année de la prise de conscience de la transformation digitale, 2018 et 2019 sont les années de la mise en chantier. Et le rôle de notre agence est d’accompagner les entreprises dans cette vaste aventure. »

Une start-up moderne orientée performance

Antoine Gounel décrit OpenGraphy comme une « agence web moderne centrée sur la performance ». « Moderne parce que nous avons une réelle passion pour la technologie. Pour pouvoir faire profiter nos clients des dernières opportunités technologiques, nous devons être constamment à la pointe des évolutions des plateformes et langages de programmation. Nous sommes proactifs dans l’utilisation des nouveaux leviers du marketing et la mesure de la performance. Nos passions, ce sont l’innovation et la conversion ! »

De plus, une autre particularité de l’équipe est que tous les employés sont aussi actionnaires de l’entreprise. « Cela change fondamentalement leur manière de voir les choses ! », constate Antoine Gounel. « Nous travaillons pour un but commun et nous avons envie de réussir ensemble. Leur succès fait le succès de la société. »

Avis aux talents…

Le recrutement de talents reste d’ailleurs un défi permanent pour OpenGraphy. « Nous sommes toujours désireux de rencontrer de nouveaux talents et de voir dans quelle mesure ils pourront rejoindre l’entreprise », glisse Antoine Gounel. « Pour travailler chez nous, il faut bien entendu être à l’aise avec les réseaux sociaux, avec la programmation, le multimédia et le déploiement de stratégies marketing, mais il faut surtout avoir la passion et être curieux. »

Aujourd’hui, OpenGraphy est occupée à consolider sa présence à Bruxelles et son portefeuille d’entreprises belges. « Le marché évolue, et aujourd’hui, le marketing sur les réseaux sociaux demande d’être proches de ses clients », explique Antoine Gounel. « Il est en effet difficile de faire du social management pour des entreprises qui ne sont pas proches de nous. » OpenGraphy vient d’ailleurs d’acheter de nouveaux bureaux à Schaerbeek pour s’y installer début 2019.