A Bhopal, le cadavre de l’usine chimique pollue toujours

Trente ans après la catastrophe, le site désaffecté continue de tuer. L’Etat veut ménager la multinationale américaine au détriment des victimes. Reportage.

Emmanuel Derville>Correspondant en Inde
A Bhopal, le cadavre de l’usine chimique pollue toujours
En cette nuit du 2 décembre 1984, un froid inhabituel règne sur Bhopal. La capitale de l’État du Madhya Pradesh, dans le centre de l’Inde, est endormie. Tout à coup, un employé de l’usine de pesticides du groupe américain Union Carbide...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité