Fukushima: le Japon était bien trop confiant

Le "mythe de la sûreté" est un facteur majeur de la catastrophe de Fukushima. Pour le nouveau rapport de l’Agence de l’énergie atomique, les Japonais étaient trop confiants dans la robustesse des centrales. Un "postulat de base" qui n’a pas été remis en question, dénonce l’AIEA.

Sophie Devillers
Fukushima: le Japon était bien trop confiant
©AP
Une confiance aveugle dans les technologies nucléaires. Pour l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), c’est cette attitude qui explique le manque de préparation du Japon pour faire face à l’accident à la centrale nucléaire...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité