Pour lutter contre la pollution, la Chine investit dans une ville-forêt pour 4 millions d'habitants (VIDEO)

Rédaction

Un projet démesuré, à la taille de son pays-instigateur, l'un des premiers pollueurs mondiaux... Mais un projet dont d'autres grands pollueurs feraient bien de prendre de la graine.

La Chine déclare la guerre à la pollution, dont elle est l'un des principaux responsables à l'échelle du globe. Entre l'annonce de Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris, l'extinction massive des espèces vivantes qui se déroule en ce moment ou encore la nouvelle - tombée ce jeudi matin même - d'une planète qui se gorge de plastique, Pékin nous apporte une bonne nouvelle avec un projet ambitieux: une ville verte, littéralement.

Le projet a pris corps dans la province de Guangxi, non loin du Vietnam. Le ville devrait pouvoir accueillir 4 millions d'habitants sur 175 hectares, ce qui en fait une ville chinoise "moyenne". La première ville qui avale plus de CO2 qu'elle n'en dégage. Les autorités s'attendent à ce qu'elle absorbe près de 10.000 tonnes de CO2 par an et qu'elle produise, sur le même laps de temps, 900 tonnes d'oxygène.

Pour obtenir cette prévision, il a fallu voir les choses en démesuré : 40.000 arbres et 1 million d'autres plantes de différentes espèces. Une végétation "incluse" dans le développement urbain : elle sera "non seulement dans les parcs et les jardins, ou le long des rues, mais sur les façades [et les toits] des immeubles", précise le cabinet d’architecte en charge du projet.

Côté énergie, la ville fonctionnerait exclusivement à la géothermie et à l'éolien. 

Ce n'est pas le seul projet d'envergure lancé par Pékin : conscient du risque de santé qu'engendre la pollution, elle finance aussi la plus grande centrale solaire flottante du monde, construite en ce moment.

Pour lutter contre la pollution, la Chine investit dans une ville-forêt pour 4 millions d'habitants (VIDEO)
©DR