Cette femme est la troisième en 117 ans à recevoir un Nobel de physique (il y a eu 206 hommes)

Cette femme est seulement la troisième en 117 ans à recevoir un Nobel de physique
©nobelprize

Le scientifique italien qui avait assuré que la physique était une question d’homme et qui vient de se voir pour cette raison suspendu par le Cern a vu hier sa théorie démentie. Le prix Nobel de physique est allé mardi à une femme, Donna Strickland.

C’est la première femme en 55 ans à recevoir ce prix, et seulement la troisième de l’histoire des Nobel (depuis 1901, donc), ce qu’elle a appris en direct lors de la conférence de presse. “C’est tout, vraiment ? Je pensais qu’il y en avait un peu plus! ” s’est-elle étonnée. La première fut Marie Curie en 1903 et la seconde l’Américaine Maria Goeppert-Mayer en 1963. “Nous devons célébrer les femmes physiciennes car elles sont là ; dans le futur, à un rythme plus rapide, j’espère ! Je suis honorée d’être l’une de ces femmes”, a réagi Donna Strickland.

En revanche, sur cette même période, 206 hommes ont reçu un prix Nobel de physique.

La faible représentation des femmes parmi les lauréats Nobel en science est un sujet souvent évoqué. S’il ne donne pas de chiffres concernant le pourcentage de femmes parmi les nominés (les candidats au Nobel, présentés par une sélection de personnalités compétentes dans le domaine), le comité Nobel confirme cependant qu’il s’agit “d’un petit pourcentage”. “C’est pour cela que nous prenons des mesures pour encourager davantage de nominations, parce que nous ne voulons rater personne. Elles font partie d’un long processus et cela n’a pas encore d’effet pour le prix de cette année”, a remarqué Göran K. Hansson, membre du comité Nobel, qui a aussi ajouté “qu’il était important de se rappeler” que le prix Nobel est remis aux scientifiques qui ont apport une contribution majeure à l’humanité via des découverte ou inventions.

“Le pourcentage reflète le nombre des femmes en sciences il y a 20 ou 30 ans (NdlR : le Nobel va souvent à des découvertes relativement anciennes). Le nombre de femmes en sciences a régulièrement augmenté ces dernières années, mais le pourcentage des nominés reflètent le pourcentage de femmes en sciences d’il y a plusieurs décennies, a ajouté sa collègue Greta Obner. 

Cette femme est la troisième en 117 ans à recevoir un Nobel de physique (il y a eu 206 hommes)
©AFP